Vigne___Village.jpg

Alors que le Président SARKOZY, s'était personnellement investi en faveur du maintien des droits de plantation après que je l' ai rencontré à l'Élysée pour l'alerter de ce qui se tramait à Bruxelles, la gauche au pouvoir ne semble pas avoir pris la mesure de l'importance du sujet.

A tel point que les sénateurs du groupe d'études "vigne et vin" ont réclamé, hier, une "initiative politique européenne forte" pour "maintenir les droits de plantation".

Et la France doit être le moteur de cette initiative, ce qu'elle n'est plus du tout !

Le groupe d'études, toutes tendances politiques confondues, "a exprimé sa vive préoccupation devant le blocage des discussions à Bruxelles" sur ce sujet.

Il faut aujourd'hui une initiative politique forte et coordonnée au niveau des États de l'Union européenne pour décider dès maintenant le maintien des droits de plantation, sans attendre la fin des discussions sur la réforme de la Politique agricole commune (PAC), ce maintien étant demandé par la totalité des États producteurs de vins en Europe" a encore rappelé le groupe d'étude de la vigne du Sénat.

Je rappelle que, actuellement, en Europe, il n'est possible de planter une vigne apte à produire du vin qu'à la condition de détenir un droit de plantation de vigne. Ainsi, un viticulteur qui souhaite agrandir son vignoble ne peut le faire qu'en achetant d'autres parcelles de vignes ou par la location.

Or, une directive européenne prévoit la libéralisation des droits de plantation de la vigne au 1er janvier 2016. Depuis, je ne cesse de m'y opposer. Bruxelles entend supprimer unilatéralement les droits de plantation de vignes afin de libéraliser le secteur en permettant aux viticulteurs de planter ce qu'ils désirent. Il faut résister et ne pas laisser passer les velléités destructrices de la Commission. Il faut se rendre sur le terrain pour comprendre ce que l'on fait, ce qui s'y passe réellement. Et que s'y passe-t-il ? tous les producteurs de notre cher terroir sont contre cette libéralisation.

ON NE PEUT IMPOSER, DEPUIS UN BUREAU, UNE RÉFORME QUI VA A L'ENCONTRE DES INTERÊTS D'HOMMES ET DE FEMMES MÉRITANTS, AYANT DÉDIÉS LEUR VIE A LEUR TERRE ET LEURS VIGNES !

Messieurs de la Commission revenez sur "Terre".