J’apprends dans la presse que Beaune fait désormais partie des villes qui peuvent recevoir des aides au titre de la politique de la Ville. Sur la forme, je dois dire que je suis très surpris de ne pas en avoir été informé officiellement par l’Etat préalablement. Cela laisse à penser qu’une fois encore le Gouvernement travaille davantage par coup de communication, qu’en concertation avec les collectivités locales. On sait que Beaune touche depuis longtemps une dotation de solidarité urbaine en raison du nombre très important de logements sociaux, mais je crains en réalité qu’il n’y ait pas vraiment de moyens à mettre en œuvre, l’Etat n’ayant plus d’argent dans le contexte économique et financier grave que notre pays traverse. Bien évidemment, ce pourrait être une bonne chose pour Beaune si l’Etat proposait un meilleur encadrement des élèves, notamment pour l’école des Peupliers, donc de nouveaux moyens pour l’Education Nationale et non plus la sempiternelle question des fermetures de classes. Cette annonce est d’autant plus surprenante que la Préfecture n’a jamais entamé aucune discussion et que la Ville de Beaune n’a pas attendu le Ministre de la politique de la ville pour mener des actions très concrètes en faveur de l’emploi et de l’aménagement urbain. Reste à attendre ce qui se cache derrière cet effet d’annonce, qui comme beaucoup d’autres promesses, risque fort de ne déboucher sur aucun élément concret.