Le projet de loi relatif aux élections locales et au calendrier électoral sera en discussion la semaine prochaine à la Commission des lois du Sénat. La réforme contenue dans ce projet est extrêmement grave et aura un impact lourd sur l’avenir des départements et sur la représentation des territoires ruraux. Ce projet remet inévitablement en cause l’équilibre de nos territoires en divisant par deux le nombre de cantons sur un critère exclusivement démographique. Pour ce qui est de notre Département, ce projet ferait passer le nombre de cantons de 43 à 22 en plaçant le seuil de population de chaque canton à 24 000 habitants. On ne peut pas, d’un coup de crayon, et pour des visions purement électoralistes, vouloir rayer de la carte la représentativité de 80% du territoire. Je pense à nos Maires, aux élus municipaux, aux associations qui animent et font vivre ces territoires et qui n’auront plus de relai de proximité pour faire entendre leur voix. Une telle démarche constitue une attaque sans précédent du monde rural. Je salue l’initiative de François SAUVADET, Président du Conseil Général de la Côte d’Or, au travers de l’appel qu’il a lancé. L’heure est en effet aujourd’hui à la mobilisation pour faire entendre la voix de ceux, habitants et élus, qui aspirent tout simplement non pas l’oubli proposé par le gouvernement, mais à être reconnus et représentés efficacement