700508_nicolas-sarkozy-au-havre-le-21-avril-2011.jpg

La mise en examen de Nicolas SARKOZY intervient comme par coïncidence 48 heures après l’annonce d’une procédure judiciaire dans l’affaire CAHUZAC.

S’Il est normal que la justice fasse son travail, la concordance des dates est pour le moins troublante.

Jean Michel GENTIL, est connu de mes confrères qui l’ont surnommé le « cow-boy ». J’espère que la mise en examen de Nicolas SARKOZY ne fait pas partie de cette stratégie dont semble être coutumier l’ancien président de l’Association française des magistrats instructeurs, qui, il est vrai, avait peu apprécié le projet de réforme du statut du juge d’instruction.

C’est le même juge qui avait confondu Ingrid BETANCOURT avec Liliane BETTENCOURT dans l’analyse de l’agenda de l’ancien Chef de l’Etat.

Quoi qu’il en soit, il est important aujourd’hui que la procédure ne tarde pas et que toute suspicion soit levée, ce qui permettra à Nicolas SARKOZY de faire éclater la vérité et sans doute de reprendre son ascension dans les sondages.

Il n’y a peut-être pas de hasard si cette affaire intervient au moment où les Français se tournent vers lui comme un éventuel recours.