voeux 2014

voeux 2014


Merci d’être venu aussi nombreux, j’allais dire comme tous les ans.

Votre présence témoigne de cette relation privilégiée que nous avons tissée et que nous maintenons dans notre bonne ville et au-delà dans notre communauté ;
chers amis, nous avons réalisé une véritable agglomération.
Merci à Jean-François qui nous accueille dans son Palais pour la 5ème année consécutive,
Merci à la Chorale de Beaune en Bourgogne, à l’Envol, (merci Marc)
à Christelle et Alexandre Poussin,
je n’oublie pas Xavier à qui nous devons cette belle organisation.
La moitié des Poupées qui toussent se sont réunis pour notre petite fête familiale, merci à eux !

Cérémonie des vœux, c’est l’occasion d’exprimer sa reconnaissance à toutes celles et tous ceux qui nous aident et qui m’aident au quotidien, Les élus qui m’entourent, les maires, merci Jo, merci Michel, les adjoints, les délégués, les élus municipaux, Les vœux c’est effectivement ce grand rendez-vous de l’Intercommunalité. Des remerciements aussi à l’équipe, les collaborateurs de l’agglomération et de la Ville, les 700 personnes qui font vivre notre Communauté.

Je voudrais remercier aussi les associations, tous ses bénévoles qui font notre société plus solidaire, les entreprises qui sont le tissu économique et surtout les 1ers combattants de l’emploi ceux qui les créent, loin des discours malgré les contraintes administratives, fiscales ou sociales. Puis bien sûr les employés, les salariés, tous ceux sans qui, l’entreprise n’est rien, Cette grande chaine humaine que l’on oublie trop souvent, et qui fait la force d’un territoire comme le nôtre.
L’humain est toujours le plus important.

2014, une année particulière, des vœux qui le sont tout autant,

puisque je n’ai pas le droit ce soir, de vous dresser un bilan des mois passés qui ne pourrait bien sûr qu’être élogieux.

Puisque je n’ai pas le droit de vous faire part d’un projet ni de perspectives pour les mois à venir,

Puisque je ne peux même pas vous dire, que je serai candidat pour les élections municipales du 23 Mars …

Le suspens devient vraiment insoutenable …il va falloir attendre encore un peu !

Puisque je ne peux rien vous dire, et surtout pas que j’ai de grands projets pour notre Ville et notre Agglomération, je n’ai droit en fait : qu’à l’humour, la philosophie sans doute et l’optimisme assurément…on ne se change pas !

Comme je ne peux rien vous dire, je vais commencer par vous faire la lecture de mon menu de réveillon : Comme tous les Français je me suis rendu au Restaurant de la Grande Ceinture, pour un dîner il est vrai très copieux.

Nous avons commencé comme tout le monde, par :

Des taxes salées avec leur liberté grillée,

Suivies d’une assiette de promesses soufflées, avec ses roulés dans la farine, sauce amère,

Nous avons eu une petite pause avec un trou financier, (qui n’était pas une vraie pause fiscale)

Pour continuer avec un Pigeon amaigri au petit salaire et son revenu allégé

Il s’en est suivi une salade de baratins, un faux…mage !pardon 1 fromage de …

Pour finir par un millefeuille d’impôts assorti d’une flambée des prix à la gelée de crédits ….

Le vin était bien sûr un Château Ayrault !

Nous avions échappé l’an dernier aux carottes râpées, j’espère cette année qu’elles ne seront pas cuites !!

Puisque le Maire - Président de l’Agglomération ne peut rien vous dire, le député lui en a gros sur le cœur.

2013 n’a pas été une bonne année pour la France.

Alors que le monde entier renoue enfin avec la croissance, notre pays est à la traine. Nos voisins européens ont pu prendre les mesures de redressement nécessaires, alors qu’il semble que nous laissons filer les déficits.

Nous continuons d’emprunter pour nos dépenses de fonctionnement, le poids de notre dette atteignant bientôt les 100 % du PIB. Nos impôts ne cessent d’augmenter, les prélèvements obligatoires européens s’élèvent à un peu plus de 39 % alors que ceux de la France sont à près de 47.

Les emplois d’avenir qui devaient permettre d’inverser la courbe du chômage sont de fait payés par nos impôts,

Inverser la courbe ! l’expression en elle-même est déjà assez surprenante. Avez-vous déjà essayé d’inverser une courbe, et dans quel sens ?

Si vous ajoutez une courbe à une courbe inversée, vous pouvez encore espérer réaliser un rond .

Le drame c’est que nous n’avons plus de rond !!

Cette inversion de courbe pourrait être comique, s’il ne s’agissait pas du drame du chômage et de la situation de tous ceux que nous laissons au bord du chemin.

C’est un cercle infernal pour le coup ! chaque année le service de la dette augmente, comme il est payé par le budget, nos ressources diminuent, nous devons donc les compenser par de nouveaux impôts ou de nouveaux emprunts, qui viennent à leur tour peser sur l’activité et donc sur l’emploi.

En face de cette situation : nous pouvons « jouez haut-bois résonnez musettes ! », continuer dans une France sur-administrée et sous-gouvernée, c'est-à-dire continuer, dans la même voie, (toutes les taxes augmentent au 1er janvier à l’exception d’une seule, il est vrai : la TVA sur le préservatif va passer de 5.5 à 5 %, (une excellente nouvelle, par contre pas très productive, ou plutôt pas très reproductive)

nous pouvons continuer à voir les sondages baisser même si : bonne nouvelle !, un sondage vient de sortir … 85 % de bonnes intentions pour :…François …

ah zut c’est pas le même c’est le Pape François !

lui ne va peut-être pas apprécier la baisser de la TVA sur le préservatif !

Chers Amis, je vous propose une autre voie, celle de l’optimisme,

Pas l’optimisme béat du « tout va très bien …Madame la Marquise »,

Mais celui du réalisme économique:

« c’est au cœur de l’hiver que j’ai découvert que j’avais en moi un invincible printemps » disait Albert Camus

La crise que nous traversons, nous avons le devoir de ne pas l’aggraver

Lorsque l’on se souhaite des vœux pour 2014, c’est aussi et surtout le vœu de ne pas rester dans la critique stérile, c’est surtout enfin le voeu de tracer le chemin qui permet d’espérer.

Pour cela il faut du courage, et la capacité de prendre des décisions,

L’ennui en matière de décisions, c’est de ne pas savoir si l’on pourra vraiment s’y tenir.

« Voilà que s’annonce l’immobilisme et nous ne savons pas comment l’arrêter »

Du courage à Beaune et dans le Sud Côte d’Or, nous n’en manquons pas…Michel !

Je ne veux pas parler du courage physique, qui consiste à défendre sa vie, son pays, la liberté ou la démocratie,

Je ne parle pas non plus du courage qui nous permet de mobiliser des énergies positives pour faire face à la maladie ou aux épreuves de la vie,

Non je parle d’un courage plus quotidien mais tout aussi nécessaire,

celui de notre volonté de nous lever le matin, de faire son travail, de ne jamais nous réfugier dans la commode ignorance, ni dans la passivité, ou le refus d’assumer ses responsabilités.

Bouger, changer, entreprendre, agir, c’est manifester un vrai courage, celui de l’enthousiasme, celui qui trace le chemin,

C’est en tous cas sur ces valeurs que nous avons fondé la réussite, de ce que nous pourrions appeler le modèle beaunois :

Une attention portée à la création, à l’émergence, pour reconnaitre déjà Demain dans la société d’Aujourd’hui,

Une capacité à travailler en commun …nous enrichir de nos différences.

Une volonté de faire jouer ensemble tous les leviers de l’action : l’économique, les solidarités, l’environnement et la culture.

C’est ce que nous avons voulu créer en 2007, avec la communauté de destin de nos 54 communes.

C’est ainsi que nous avons donné une cohérence à notre territoire et que nous nous battrons pour la conserver à l’encontre de la mauvaise réforme du découpage cantonal, nous pourrions d’ailleurs décerner le diplôme de charcuterie rurale de l’Université des métiers électoraux à Emmanuel Valls !

Alberto Magnaghi, a écrit un jour « le territoire est une œuvre d’art, peut-être la plus noble, la plus collective que l’humanité ait jamais réalisée, le produit du dialogue poursuivi entre l’homme et la nature dans la longue durée de l’histoire … ».

Le goût de l’avenir est dans la vision, dans les projets, il est dans l’énergie qui anime notre cité,

Puisse-t-il au-delà du Sud Côte d’or susciter l’émulation, et pourquoi pas faire revenir aux réalités y compris le Premier des Français, comme ses derniers vœux ont pu je l’espère le laisser entrevoir.

Chacun peut se tromper, mais il n’est jamais interdit de changer de cap, « aussi génial que l’on soit, on sera toujours face à l’Univers aussi insignifiant qu’une fontaine de village face aux chutes du Niagara ».

Mais ce n’est pas grave, l’essentiel c’est que l’eau soit potable ! »

La bonne politique n’est ni de droite ni de gauche, c’est celle qui aboutit à des résultats.

C’est celle que l’ensemble des Français appellent de leurs vœux.

Chers amis,

Il n’y aura pas cette année que de bonnes nouvelles, mais les difficultés ne sauraient faire douter qu’une autre voie est possible, qu’elle est déjà en train de se tracer ici chez nous,

Pour faire entendre aux hommes la voie de l’espérance dans un contexte qui était pour son pays autrement difficile, Gandhi avait trouvé cette belle formule.

Il disait : « un arbre qui tombe fait beaucoup de bruit ; une forêt qui germe ne s’entend pas ».

Cette formule est tout aussi actuelle pour notre temps. Dans les temps qui viennent, soyons attentifs aux forêts qui germent, aidons-les à grandir.

Vous voyez je suis plein d’optimisme !

Je vous souhaite de tout cœur une bonne et heureuse année à tous.