Delinquance.jpg

Les récentes mesures prises par Madame TAUBIRA semblent avoir encouragé les auteurs de faits délictueux.

Les chiffres de la délinquance au cours du dernier semestre ont littéralement explosé dans le Sud de la Côte d’Or. Nous n’avons jamais vu autant de faits divers dans les colonnes de nos journaux. Dans les villages, les populations s’inquiètent et les élus, comme à Ladoix-Serrigny, réfléchissent à la création d’une police municipale, pour renforcer la sécurité des populations, lutter contre les cambriolages et exactions en tout genre. Dans le Canton de Seurre, les incendies de véhicules se multiplient alors que ces zones rurales plutôt paisibles n’ont jamais connu de tels phénomènes. Après Pagny-le-Château et Labergement-les-Seurre, c’est désormais la ville de Seurre qui est touchée, tout comme Beaune qui n’avait pas connu ce phénomène depuis près d’une décennie. Beaune faisait d’ailleurs partie des villes de la Bourgogne les moins touchées selon les statistiques officielles du Commissariat.

On constate aujourd’hui une montée en puissance de ces phénomènes. Il y a un vrai problème de sécurité qu’il convient de résoudre. Je m’interroge sur les conséquences grandissantes de la politique menée par la Ministre de la Justice, doublée de cette hyper communication inefficace du Ministre de l’Intérieur, qui faute de trouver des solutions, propose de mettre en place un nouveau baromètre de la délinquance.

J’ai officiellement saisi le Préfet et le Directeur Départemental de la Sécurité Publique de cette question, en leur demandant de renforcer les outils de sécurité sur l’ensemble de la circonscription. Il faut également que les Ministres de la Justice et de l’Intérieur prennent conscience de cette augmentation et que des mesures d’urgence soient prises au plan national. Face à cette montée de la délinquance, tous les moyens en notre possession doivent être mis en œuvre pour l’enrayer. Brûler une voiture, cambrioler une maison, c'est s'attaquer à un bien souvent difficilement acquis par des personnes qui le voient partir en fumée en quelques minutes, sans compter les dommages collatéraux. Les plus faibles sont là encore les premières victimes.