tableau noir

Il est de plus en plus impossible pour un Maire et l’ensemble des élus locaux d’y voir clair dans la réforme des rythmes scolaires.

La « réforme Peillon » qui posait déjà des difficultés incommensurables n’a pas gagné en clarté suite aux propos du Premier Ministre et aux déclarations, de soi-disant assouplissement du nouveau Ministre de l’Education Nationale.

Le Maire de Beaune que je suis, de même que le Président de la Communauté d’Agglomération Beaune Côte et Sud, ne peut mettre en place cette réforme alors que le nouveau Décret n’est toujours pas paru, que le Conseil Supérieur de l’Education vient ce jour même de voter contre le projet de texte et que malgré cela, le délai imparti aux Communes est fixé au 6 juin prochain.

Il faut que les parents d’élèves et les enseignants soient bien conscients que cette décision sans nouvelle concertation ne peut qu’être dommageable compte tenu de ses conséquences financières : - pour les familles qui auront à financer un temps périscolaire plus important, - pour les contribuables qui devront financer de nouveaux transports, - et pour les collectivités territoriales qui devront assumer l’impopularité de mesures qu’elles n’ont pas prises et qui leur sont imposées par un Etat, qui de surcroit, baisse de manière considérable leurs dotations de fonctionnement.

Que le Ministre décide du temps scolaire et qu’il laisse aux collectivités locales le soin d’organiser avec les parents d’élèves, le temps périscolaire.

Il est donc nécessaire, compte tenu de l’urgence, que dans le cadre de chaque établissement le corps enseignant et les parents puissent se prononcer sur l’application d’une réforme que l’Etat a engagée sans solliciter leur avis.

J’engage aussitôt les Maires dans cette consultation.