Félicitations aux gagnants, notamment Rémi DELATTE, mais hélas le premier constat est celui de l’échec démocratique.
42% de participation, y compris sur des territoires comme le Sud Côte d’Or.
C’est la preuve d’un désintérêt croissant de nos concitoyens pour l’Assemblée Nationale. Et pourtant, la France est confrontée à trois périls.
Le péril démocratique d’un parti unique, qui a aujourd’hui tous les pouvoirs, malgré une meilleure résistance que prévue des Républicains, qui ont donc le devoir d’opposition.
Un péril économique, celui d’une France surendettée, avec un chômage qui n’a pas baissé. Malgré les quelques frémissements de la croissance, notre pays demeure confronté à des défis qu'il ne s’est pas préparé à assumer. Le projet présidentiel ne prévoit aucune mesure à même d’éviter cette fuite en avant.
Enfin un péril politique. Si le Président de la République, malgré sa majorité pléthorique échoue, il n’y a plus de solution de repli et l’avenir peut être celui du populisme à défaut d’une ambition nationale.
Les Républicains ont donc plus que jamais une mission de reconstruction d’une force politique à même de préparer cette alternance qui nous a été volée, par une présidentielle confuse, dont les Françaises et les Français ont été les premières victimes.
La forte abstention en est la conséquence ultime.