Alain Suguenot, proche de vous au service de tous

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clé - élections régionales

Fil des billets

lundi 14 décembre 2015

Second tour des élections régionales en Bourgogne Franche-Comté

Chers amis,

Une élection qui laisse un goût amer et qui est la résultante de la proportionnelle, avec la situation particulière des triangulaires. On constate ainsi des résultats très serrés qui aboutissent plus à des mouchoirs de poche qu’à des plébiscites. Le Président des Républicains de Côte d’Or se réjouit du score national du gain de 7 régions de notre famille politique. Je me réjouis également du résultat de la Côte d’Or et notamment de ma ville, mais m’inquiète pour la Bourgogne-Franche-Comté. Je félicite bien sûr la Présidente de Région, lui souhaitant bon courage. C’est aujourd’hui que les difficultés commencent, tant dans le cadre de la fusion, que du fait d’une majorité relativement courte et de la présence d’un Front National qui se fera bien sûr entendre. Je regrette pour ma part que le combat mené courageusement par François SAUVADET et nos équipes que je remercie de leur engagement, n’ait pas suffisamment été relayé dans d’autres Départements. Je pense notamment à l’Yonne, ou au territoire de Belfort et à la Haute Saône. Mais ne parlons pas du passé. Il s’agit de construire l’avenir. L’union est plus que jamais nécessaire. Les Français nous ont envoyé un message. Il faut bien sûr les écouter, pour ma part je les ai entendus. L’heure est maintenant au rassemblement autour d’un vrai projet d’alternance tant pour la Bourgogne-Franche-Comté, que pour la France. Il est plus urgent que jamais de répondre à la désespérance de nos territoires qui se sentent oubliés.

lundi 7 décembre 2015

Premier tour des élections régionales

Les Français et les Bourguignons ont exprimé ce dimanche leur colère et leur désapprobation, face à une politique gouvernementale qui, depuis quatre ans emmène ce pays dans le mur, tant sur le plan de la croissance, que sur le plan du chômage et de la politique étrangère. On a vu les effets de cette dernière récemment, même si le Président de la République, après dix mois de plaidoirie des Républicains, pour lui exprimer la nécessité de prendre des mesures coercitives, a accepté enfin de se rendre compte que la situation demandait des positions fermes, qui permettent tout simplement à notre pays d’assurer sa sécurité.

Vote d’exaspération qui doit bien évidemment ne pas être confirmé dimanche prochain. Je pense notamment à l’abstention qui doit reculer.

C’est une élection à deux tours.

Il y a le tour de l’émotion, du désamour avec la politique gouvernementale, avec la politique menée par les deux Présidents de Région Bourgogne-Franche-Comté.
Et puis il y a le vote d’espoir de dimanche prochain.Tous les Bourguignons et les Francs-Comtois doivent penser à l’avenir, en choisissant à qui ils veulent confier les clés de cette nouvelle grande région.

Une nouvelle grande région compliquée, souhaitée par le parti socialiste.
Une région lointaine, mais qui demande justement une proximité avec des élus responsables qui ont une expérience, une compétence.
Ce n’est certainement pas le cas aujourd’hui de celles et ceux qui, à travers ce vote d’exaspération, pourraient gérer demain la Région.

Le Front National n’a pas de projet pour la Bourgogne-Franche-Comté, comme il n’a pas de projet au niveau national, si ce n’est un projet contreproductif, anti-croissance, qui voudrait que, sortant de l’Euro demain, nous soyons aux bancs de l’Europe, et que l’on ne puisse plus répondre sur le plan économique, y compris au grand défi de l’emploi des jeunes.
8 jours, 8 jours pour convaincre, 8 jours pour s’exprimer avec les mouvements politiques qui se sont présentés pour ce premier tour, sans obtenir des suffrages suffisants, mais pouvant se maintenir, tels que Debout la France.
Compte tenu des idées qui sont les siennes, proches des nôtres, ce sont de vrais républicains, il devrait pouvoir, dans les prochaines heures, réussir à montrer qu’avec François SAUVADET et les listes qu’il mène dans ces 8 départements, ils sont dans la même logique : Faire que la Bourgogne-Franche-Comté puisse rayonner demain.
8 jours pour convaincre, 8 jours pour dire aux Bourguignons et aux Francs-Comtois, qu’il y a une issue et que le meilleur moyen de sanctionner le Gouvernement à travers cette échéance, la dernière avant 2017, est de faire confiance à celles et ceux qui, courageusement, sont prêts à relever le défi et à faire que la Région s’inscrive dans le désir d’alternance et dans le désir de redresser notre pays.