C’est le message qu’a voulu transmettre au Maire de Beaune le millier de personnes présentes à la cérémonie des vœux. Ce soutien a été relayé par le Président du Département qui est venu d’une manière très émouvante porter lui-aussi le même message, à Alain à et à sa famille. Bonne année à tous !

Ci-dessous le discours intégral du Maire de Beaune, Président de l’Agglomération.

Chers amis, 58 ans Près de 60 ans, que nous attendions, les Beaunoises et les Beaunois cette belle journée de janvier ! Nous venons d’inaugurer le contournement de Beaune. Beaucoup n’y croyaient plus, bien sûr j’avais pris l’initiative dès 1995, de la création du Péage Nord, que nous avions inauguré avec Bernard PONS, 2 ans après. Puis contrat de plan aidant, nous avions ouvert le tronçon Sud, il y a maintenant près de 15 ans, avec Dominique BUSSEREAU. Enfin grâce à nos partenaires, le Département, MERCI mon Cher François Sauvadet, la Ville de Beaune, le Conseil Régional, et même l’Etat MERCI Monsieur le Sous-Préfet. Ça y est, nous y sommes. Le tronçon Nord est ouvert. La Rocade est terminée, ou presque puisque nous allons maintenant l’embellir, en végétaliser les abords, et finaliser les pistes cyclables. C’est aujourd’hui plus de sécurité, un atout considérable pour le développement économique, et également une autre vision de la Ville et de son agglomération. Aujourd’hui notre vie a changé, Beaune s’est réapproprié son boulevard, et l’ensemble des voiries départementales adjacentes. C’est donc une nouvelle ère que nous inaugurons et qui va permettre de repenser nos faubourgs, et d’embellir nos rues et nos quartiers. Pour tout cela Merci Merci Merci ! L’année 2019 commence donc très bien beaucoup mieux que l’année 2018 ne s’est terminée, il était temps ! Certains l’ont qualifiée d’annus horribilis, elle l’a été pour notre Président de la République. Elle l’a été au début de cet hiver, pour la France et l’ensemble des Français. Elle l’a été aussi un peu pour moi, au début du mois de décembre. Je ne pensais pas que l’engagement politique pouvait exposer de telle manière ses proches, et son Honneur. Face à l’adversité il y a 2 façons de réagir, le repli sur soi-même, ou la volonté de combattre. Les moments difficiles que j’ai vécus, m’ont renforcé dans cette seconde attitude. Cette peine ne se porte pas, elle me porte. Ma conscience est intacte, et ceux qui pensaient me décourager par cette attaque sournoise, n’auront donc pas réussi.

Tout soleil est promis au crépuscule, mais la nuit finit toujours sur un matin.

Le général de Gaulle disait : « pour un homme la plus sûre étoile dans la tempête, c’est la fidélité à sa vocation ». Ici dans notre Sud Côte d’Or, 2018 a par contre été une bonne année jusqu’à la Vente des Vins, notamment pour notre activité viticole et ce qui l’entoure, et c’est bien sûr pour Beaune et l’Agglomération un élément essentiel qui a permis de rompre avec une morosité ancienne. Il en va de même de notre agglomération, véritable oasis de développement économique, les entreprises nombreuses continuent à s’implanter, même si nous avons, nous aussi, nos hétérogénéités. Sur ce point je trouve particulièrement dommageable, que l’on nous dise que l’avenir de l’humanité ne serait que dans les grandes villes (les métropoles) au détriment de nos villes moyennes et du monde rural. Plutôt que de végétaliser les villes et d’essayer de faire pousser du romarin au milieu des dalles béton, il vaudrait mieux repeupler nos campagnes, comme nous commençons à le faire, dans notre petite patrie du Sud de la Côte d’Or. Il faut dire que notre société ne parie aujourd’hui que sur un progrès technique aléatoire qui devrait nous permettre l’immortalité, ce qui explique sans doute la violence des réactions, quand on voit abattre des animaux, comme si on découvrait tout d’un coup, que pour manger du bœuf, du mouton ou du poulet, il fallait les tuer avant. Ne va-t-on pas nous imposer un monde Vegan, également parce que nos vaches émettent du méthane et qu’il faut réduire les émissions de CO2. Qu’est-ce que cela représente à l’échelle du monde ? mais que voulez-vous la France est très douée pour être championne des compétitions auxquelles elle est la seule à participer. Heureusement il y a le foot et le Hand féminin. Cocorico au moins pour cela en 2018 ! Notre société ne va pas bien, parce qu’au-delà de la fracture sociale dont parlait déjà Jacques Chirac il y a plus de 20 ans, il y a aussi aujourd’hui une vraie fracture culturelle. Certains de nos concitoyens adorent les start-ups et les applis des smartphones, mais il y a une majorité de personnes qui n’en a encore rien à faire, et qui n’aspire qu’à une seule chose, continuer à vivre comme avant ! Certains (et ils sont aussi majoritaires) regrettent une période plus libre ! Discuter, débattre, ne pas être d’accord, tout ça est de plus en plus difficile dans un monde où seule la pensée unique a droit de cité. La démagogie et les fake-news, règnent sans partage à l’ère des réseaux sociaux.

On cherche le sensationnel : on klaxonne pour la garde à vue, et on reste souvent muet pour le jugement de relaxe. Que je le veuille ou non, je ne vois pas de différence entre un soi-disant nouveau monde, et l’ancien. Je vois une différence d’appréhension du réel, et elle n’est pas en faveur du nouveau. Je crains et je ne suis pas le seul, que je sois en train de voir chaque jour disparaitre tout ce que j’aime, tout ce que nous aimons. Le fossé entre ces 2 France est-il devenu infranchissable, je ne le pense pas pour autant parce que le monde appartient déjà et avant tout aux optimistes. « Les pessimistes ne sont que des spectateurs » disait Guizot. Mais on ne peut pas continuer plus longtemps à ignorer de fait, la majorité des Français et à pratiquer un véritable matraquage fiscal, avec ses conséquences sur le pouvoir d’achat. Les français ont bien compris que les nouvelles taxes sur les carburants, servaient d’abord à remplir les caisses de l’Etat à défaut d’économies. Un quart de la population nationale, et malgré nos efforts, le tiers de l’agglomération vit dans des zones dépourvues encore aujourd’hui de vrais transports en commun. La voiture n’est pas une option ou un plaisir de riche, et pourtant on continue à en faire la cible privilégiée de mesures qui impactent peu les métropoles mais pénalisent nos territoires : les 80 km/heure, les contrôles techniques de plus en plus tatillons, l’augmentation des taxes … Et c’est bien comme cela qu’a commencé le mouvement des gilets jaunes. A qui jeter la première pierre ? Dans quelques années les sociologues expliqueront sans doute qu’après les bonnets rouges qui avaient consommer l’impuissance hollandaise, un frêle gilet de survie s’est transformé en uniforme de croquemort du macronisme, aidé en cela il est vrai, par un gazole plus coûteux que le beaujolais, et par le prodigieux avancement d’un brigadier-chef, promu à 27 ans lieutenant-colonel, pour réfléchir à un service militaire de 15 jours qu’on nous promet pour 2026. Mais nous sommes en 2019 ! tout cela c’est du passé Mais la voiture qui était la plus belle conquête du père de famille est désormais tricarde. Le civisme commande aujourd’hui, pour notre économie, d’en acheter une et puis de ne plus jamais s’en servir. Même si notre chère ministre des transports, répond au doux nom prédestiné de Borne, elle n’est toujours pas vraiment parvenue à doper les véhicules électriques.

Mais en 2019, je vous l’annonçais déjà l’an dernier, les pailles en plastique sont interdites comme les batonnets des cotons tiges.

Le 31 janvier on découvrira les bonnes surprises de la retenue à la source. Attendons-nous plutôt à du « pas assez encaissé » qu’à du « trop-perçu », quoique, comme les remboursements risquent de mettre toute une année à ressortir du trésor public, il sera sans doute nécessaire d’allouer de quoi vivre à quelques centaines de milliers de contribuables, peut-être victimes d’erreurs bien sûr sans doute de la faute de leur employeur. Mais je souhaite me tromper !

Les bonnes nouvelles concernent notre territoire, notre agglomération va bien et nos projets nombreux avancent. Et ce toujours, dans le souci d’un mieux-vivre pour nos habitants, avec la permanence de la plus basse fiscalité de toutes les agglomérations de France. En 2019, la communauté d’agglomération va voir accélérer son raccordement à la fibre optique, les délais qui avaient pris du retard vont ainsi probablement être respectés pour fin 2020. De nouvelles entreprises vont s’installer à la Porte de Beaune, au Pré Fleury, aux Cerisières et même aux Gouteaux (ma Chère Chantal). Nous prévoyons d’autre part des investissements lourds en matière de structure sportive, le projet de salle de Nolay, celui de Ladoix-Serrigny. De nouvelles structures périscolaires vont voir le jour, notamment à Savigny, pour répondre aux besoins toujours croissants. Mon credo, notre credo, est en effet celui de l’aménagement du territoire. Notre société va mal parce qu’on a oublié cet aménagement du territoire, il est plus que jamais nécessaire de pouvoir travailler au plus près de chez soi, ce qui économise des transports, donc des coûts et d’arrêter cette métropolisation outrancière avec ses excès y compris pour l’environnement. En 2019 la Ville de Beaune n’est pas en reste, après cet événement majeur de l’ouverture de la Rocade, ce sont tous les projets d’aménagement de la Ville qui vont suivre, nos faubourgs, nos rues, nos places et la continuation de l’aménagement de la route de Pommard, la réhabilitation du quartier Bretonnière notamment les Prévolles et les Vérottes, 2019 sera aussi l’année d’une nouvelle réflexion sur la plaine St Jacques pour envisager son nouvel aménagement. 2019, c’est enfin des structures sportives avec un nouveau skatepark, de nouveaux tennis couverts, et le projet de reconstruction de notre piscine municipale, du moins pour sa 1ère tranche en 2020.

Je n’oublie pas notre hôpital, après la victoire de la création du groupement hospitalier territorial, 2018 a vu l’inauguration du tout nouveau bâtiment qui reçoit les consultations et notamment la maternité.

2019 verra le commencement des travaux de la 2ème tranche, soit le grand bâtiment bleu réservé lui à l’hébergement ; c’est plus de 50 millions d’investissement qui seront ainsi consacrés. Je profite de l’occasion pour saluer l’ouverture également de la 2ème tranche de la Maison de Santé, située juste à côté. Merci au Docteur Mourcia et à l’équipe qui l’entoure. Grâce à cette initiative Beaune possède la plus grosse Maison de Santé de toute la Bourgogne, avec près de 70 praticiens. Pour tout cela (pour l’agglomération merci à vous Mesdames et Messieurs les Maires, mes chers collègues). Et pour la Ville, merci à mes élus municipaux ainsi qu’à l’ensemble de nos services sous l’autorité bienveillante de notre directeur général. J’en profite pour adresser à un message de bienvenue à notre nouveau DGA de l’agglomération Nicolas PANIER qui est présent ce soir. Et puis merci à tous ces bénévoles, aux associations, aux entreprises, aux artisans et commerçants qui représentent la force et le dynamisme de notre bonne ville. Beaune est enviée de toutes parts, sans doute pour cet état d’esprit qui y règne et cette grande réactivité. Donc bonne année à tous pour tout cela pour 2019 ! Je voudrais avant de terminer par une note d’humour, si nécessaire dans ce monde de brutes, souhaiter une bonne année à nos aînés, et à ceux que la maladie, l’isolement ou la précarité laissent trop souvent au bord du chemin ; je voudrais également rendre un hommage appuyé à nos pompiers et à nos forces de l’ordre (nos policiers et nos gendarmes). C’est aussi grâce à eux que nous vivons en sécurité. Je voudrais donc comme promis, comme la critique est toujours facile, vous faire part de mes propositions dans le cadre de ma contribution, au grand débat voulu par le Président de la République. Et notamment en ce qui concerne la refonte du droit du travail, je commencerais par les accords de branches : je propose qu’un olivier, soit planté dans la cour de chaque entreprise où les décisions ne seraient plus prises par des technocrates mais par le personnel. Monsieur le Sous-Préfet, la publication de tous les textes difficiles à rédiger, ou qui pourraient compliquer la vie de l’entreprise, serait systématiquement remise au quinquennat suivant.

On insérera un volet « civilisation des loisirs » dans le monde du travail, en créant dans chaque entreprise de plus de 20 salariés, une équipe de foot, une troupe de théâtre ou un corps de ballet. Les congés annuels pourraient être pris dès le jour de l’embauche, au lieu d’attendre que les nouvelles recrues soient fatiguées. Le compte personnel d’activités serait alimenté par des écoutes téléphoniques et des ragots internes. Il permettra aux dirigeants de se tenir au courant de la vie de couples, et des passetemps ou des vices des salariés. Les indemnités prudhommales pourraient être fixées en ayant recours à une roue de loterie, prêtée par la Française des Jeux et que fera tourner le doyen du personnel. Organisation de référendums Comme chez nos voisins suisses, les salariés français pourront exprimer leur avis sur tous les sujets. Y compris les menus de la cantine, et le licenciement des petits chefs teigneux. La visite médicale, sera remplacée par une après-midi de piscine pour que les tenues de bain simplifient les auscultations. Enfin la retraite, elle commencera au lendemain du bac, pour s’achever à 40 ans. On évitera ainsi aux jeunes de se morfondre dans l’attente d’un 1er emploi, et cela leur permettra de profiter pleinement de leurs loisirs, à un âge où tous les plaisirs sont encore permis. Voilà après ce programme électoral qui m’apparait de nature à mettre fin à la crise (de rires), je voudrais adresser mes vœux les plus chaleureux, déjà pour ceux qui nous gouvernent, en reprenant la formule d’Alphonse Allais en leur souhaitant « qu’avant d’éblouir le peuple en lui promettant l’eau chaude, ils pensent à leur fournir des récipients pour la recueillir ».

Et enfin en vous souhaitant à vous tous très chaleureusement 1 an de réussite, 12 mois de santé, 52 semaines de partage, 365 jours de chance, et 31 536 000 secondes de bonheur. Bonne Année à tous.