Le Premier ministre vient d’annoncer que la revalorisation des pensions de retraite ne serait plus indexée sur l’inflation. Elle sera limitée à 0,3% par an jusqu’en 2020.
C’est une double peine pour les retraités, déjà pénalisés par la hausse de la CSG il y a quelques mois.
Déjà considérés comme les grands perdants de la bascule fiscale entamée cette année avec la hausse de 1,7 point de la CSG, les retraités subiront un quasi gel de leurs pensions jusqu’à 2020.
Le Premier ministre vient en effet d’annoncer que, comme les aides personnalisées au logement et les allocations familiales, les pensions de retraite ne progresseraient que de 0,3% par an en 2019 et 2020 alors qu’elles auraient pu en théorie faire l’objet d’une revalorisation proche du taux d’inflation annuel, donné à 1,6% pour 2018.
De facto, les retraités et les familles perdront en pouvoir d’achat.
A cela s’ajoute le projet inique de prélèvement à la source.
Il est grand temps de se rendre compte du monstre que BERCY va engendrer en lançant cette réforme et de l’imbroglio considérable qui va toucher tous les Français.
Chacun sera concerné par une amputation conséquente de son salaire.
Et que dire des entreprises qui doivent investir dans des logiciels spécialisés et dans la formation de leurs collaborateurs pour faire le travail de l’Etat, plutôt que d’injecter cet argent dans la compétitivité !

Malgré tout, gardons le sourire … et bonne rentrée à tous !