L’autosuffisance et l’autosuggestion d’Emmanuel MACRON n’auront eu qu’un temps…
Son mouvement n’a remporté que 24 sièges lors des élections sénatoriales partielles de ce week-end. La droite quant à elle, renforce ses positions avec désormais 171 élus, contre 142 auparavant. Par pêché de vanité, on nous annonçait une percée de 60 sénateurs LREM !
Ces résultats sont révélateurs du mécontentement de la France des territoires. Les élus locaux n’ont pas digéré les différents projets de réformes qui visent à réduire toujours plus les marges de manœuvres des collectivités locales et leur libre arbitre. (Suppression de la taxe d’habitation, baisse des dotations, transfert de compétences …).
C’est un nouveau rapport de force qui s’instaure et qui aura des conséquences dans la fabrication des lois. Concrètement la droite se donne les moyens d’agir contre les propositions du Gouvernement.
Cette défaite va également mettre du plomb dans l’aile au projet de réformes institutionnelles du Président car un projet de révision de la Constitution nécessite de réunir 3/5es des parlementaires, soit 555 sur 925. Il manquera donc environ 179 voix au Président.
En Allemagne l’actualité électorale n’est pas davantage favorable à Emmanuel MACRON. Lui qui croyait changer la politique européenne par sa seule volonté. Angela Merkel est certes réélue, mais dans des conditions particulières, avec une entrée historique de l’extrême droite.
La Chancelière devra désormais former une coalition avec les libéraux, qui sont eux-mêmes loin de partager la vision européenne de notre Président.