La seule surprise de ce soir est qu'il n'y en a pas. Les sondeurs ne se sont pas trompés.
Ma première déception est pour François Fillon qui a subi les affres de sa campagne et qui, malgré cela, a fait preuve d'un courage exemplaire.
L'important est bien sûr de penser à demain.
François Fillon l'a lui-même exprimé, il soutiendra la candidature d'Emmanuel MACRON pour le deuxième tour.
Chacun votera en conscience et je voterai moi-même pour ce candidat, pour éviter le chaos qui serait celui de l'élection de Marine LE PEN, avec un projet qui aboutirait à la ruine et qui ne ferait qu'aggraver la situation dont la France a été victime durant ce quinquennat.
L'avenir après le 7 mai sera bien sûr celui du troisième tour. C'est à dire celui des élections législatives des 11 et 18 juin.
Les propositions des Républicains sont les seules à même de redresser notre pays. Il faudra donc qu'Emmanuel Macron, s'il est élu Président de la République, éclaircisse son projet et dise clairement quel sera son programme.
Le flou artistique dans lequel il a entretenu son discours pour le premier tour ne peut satisfaire les Français ni une majorité à l'Assemblée Nationale.
Il ne serait pas concevable que le projet qui a échoué durant ces cinq années devienne le socle d'une majorité dont Emmanuel MACRON est un peu l'otage ce soir.
Il est bien évident que nous devrons porter les valeurs qui sont les nôtres et seules à même de permettre une véritable alternance.
A défaut ce nouveau quinquennat sera voué à l'échec comme le précédent.

C'est notre responsabilité. Il en va de l'avenir de la France.