Il y a quelques jours, François Hollande choisissait de poser auprès du jeune homme victime de violences à Aulnay Sous Bois, sans même attendre la fin de l’enquête diligentée par l’IGN, la police des polices, afin de connaître précisément le déroulé des évènements.

Il est par ailleurs choquant que le Ministre de l’Intérieur, Ministre de tutelle des forces de l’ordre, ait été à ce point-là absent de débats si vifs et délicats, mettant une dizaine de jours à réagir sans apporter d’éléments probants.

Le gouvernement navigue complètement à vue, comme presque toujours depuis le début du quinquennat. Le pays est administré sans être dirigé. Le Président de la République ne change pas sa méthode et, en la matière, soutient un jour les casseurs, l’autre les forces de police, au lieu de prendre les décisions courageuses qui auraient pu permettre d’éviter les intolérables débordements tellement prévisibles qui se sont déroulés ces dernières nuits.

A titre personnel, je veux apporter mon soutien aux forces de police dans la tâche si difficile qui est la leur, et suis toujours très surpris qu’on puisse les traiter en héros dès lors qu’il s’agit de nous défendre contre le terrorisme, puis plus bas que terre dans leur lutte quotidienne contre la délinquance des quartiers difficiles.