Nous pouvions espérer mieux d’un ministre qui, dans le naufrage gouvernemental du quinquennat avait un bilan moins désastreux que beaucoup d’autres. Hélas, l’exercice de style de la déclaration de politique générale est resté à un niveau très médiocre, se résumant à un inventaire à la Prévert dans lequel il manquait juste le raton laveur.

Comment croire, au bout de près de cinq ans, qu’en 130 jours, les promesses faites aujourd’hui pourraient être tenues ? Un discours vain, une ébauche de défense d’un bilan sans conviction, même le ton n’y était pas.

Il est vrai que le renoncement du Président de la République n’a pas aidé à l’exercice.

Dans l’histoire de la Ve république, on retiendra que M. Cazeneuve sera définitivement le Chef de gouvernement dont le mandat aura été le plus court, sacrifié sur l’autel d’une primaire, de la division des gauches et de l’impopularité hors-normes d’une politique sans vision et trop souvent dogmatique. L’exercice était voué à l’échec. Il a réussi.

Nous ne pourrons donc pas voter la confiance.