territoire_rural.jpg

Avec la nouvelle législature, de nombreux groupes et collectifs de parlementaires se forment selon les affinités des uns et des autres.

Je viens, personnellement, de rejoindre le "Collectif parlementaire ruralité".

Les territoires ruraux représentent 80% de notre territoire national et 11 millions d’habitants.

Tout le monde s'accorde à reconnaître aujourd'hui l'importance d'agir en faveur des territoires ruraux, sur des problématiques que nous connaissons bien et qui nécessitent plus que jamais une prise en considération.

Il s'agit, bien évidemment, de la démographie médicale, de l'adaptation des normes, de la péréquation, des problématiques liées à l'eau et à l'assainissement, des services publics, de l'accueil des nouvelles populations etc...

Nos territoires sont asphyxiés, nous nous devons de porter leur voix au sein de cette assemblée. Le maintien d'un socle de services publics de base est indispensable pour attirer et maintenir une population sur un territoire et répondre aux défis de la fracture territoriale.

Dans la continuité de mon action menée sous la précédente législature, en tant que membre de "la droite rurale", j'ai souhaité rejoindre le « Collectif parlementaire Ruralité » qui succédera à la droite rurale. Ce mouvement ira jusqu’à la constitution d’une association, l’Association Nationale pour la Ruralité.

La droite rurale regroupait 57 parlementaires. Nous avons déposé deux propositions de lois, divers amendements, et son Président, Pierre Morel-A-L'huissier, a remis à Nicolas Sarkozy en avril 2012 un rapport sur la simplification des normes pour les territoires ruraux qui contenait 200 propositions simples et rapidement applicables.

Ce rapport a été transmis à François Hollande en insistant sur la nécessité de mettre en œuvre les propositions. Le Président de la République a précisé qu’il entendait accompagner l’accès aux services et le développement économique des territoires ruraux. Il a ajouté que ces propositions constituaient une contribution utile au travail gouvernemental. Il s’est engagé à être attentif aux suites qui pourront leur être données...

Nous avons la légitimité pour parler et agir en faveur des territoires ruraux. C'est pourquoi il m'est apparu important de nous regrouper dans un mouvement fort afin de défendre et de promouvoir le monde rural.