vin_raisin_Bourgo.jpeg

Je me félicite de la décision du Comité interministériel de ce mercredi de __ne pas revenir sur le taux d'alcool autorisé dans le sang, pour les jeunes de 18 à 25 ans, de 0,5 à 0,2g. __ Mon intervention dès hier au Président de la République (post ci-dessous) en tant que Président du Groupe d'études viticoles de l'Assemblée nationale a porté ses fruits'' et j'en suis à la fois fier et satisfait.

Je suis fier que le Président ait entendu le message du Président du groupe viticole, des collègues parlementaires qui se sont joints à moi, et, plus généralement, de toute la profession viticole qui aurait très mal compris d'être prise comme bouc-émissaire, d'être montrée du doigt et qui risquait de se voir sanctionnée une nouvelle fois avec un 0,2 G inapplicable.

Je suis satisfait qu'une mesure intempestive, prise dans l'urgence, sur des critères discutables, n'ait pas été retenue. Comme je l'avais rappelé au Président de la République, la limitation aux moins de 25 ans n'apaisait en rien les craintes lorsque l'on sait que pour les jeunes viticulteurs, le seul exercice de leur métier les condamne sans boire à présenter un taux d'alcoolémie de 0,40g.

__ Il faut promouvoir la modération mais pas l'interdiction.__

''En revanche, je trouve l'interdiction des avertisseurs de radar et la suppression des panneaux indiquant la présence de radars fixe dommageable pour les conducteurs''. Dans ce domaine aussi, je prône la concertation avant la répression. De plus, je crains que, techniquement, cette mesure soit inapplicable.