la marche des climats la marche des climats discours alain suguenot

Chers Amis,
C’est au cœur du terroir bourguignon, de notre resplendissante, notre flamboyante Côte d’Or, si chère à Jean-Philippe Lecat, que nous sommes réunis ce soir afin de montrer notre détermination et notre motivation dans notre démarche d’inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Comment, au sein de ce site magnifique, douter une seule seconde de la Valeur exceptionnelle de nos Climats, de l’intérêt de protéger et de valoriser ces parcelles uniques au monde, façonnées depuis des millénaires par la Nature et la main de l’Homme ? Le Climat bourguignon est né de l’alliance quasiment fusionnelle de la Terre et du Génie humain qui ont combiné leurs efforts pour donner naissance à ce territoire d’exception au cœur duquel nous nous trouvons et pour lequel nous nous battons ensemble aujourd’hui.
Ce terroir, notre territoire viticole, embrassé de part et d’autre par nos si belles cités ducales que sont Beaune et Dijon, est un territoire sacré, fruit de la Terre et du travail des Hommes. Toutefois, si nous souhaitons ce classement avec ardeur, ce n’est pas pour figer ce terroir, pour en faire un Musée en plein air.
Certes, nous voulons protéger cet espace unique afin d’éviter des dégradations irrémédiables que pourraient nous reprocher nos descendants, mais le classement n’est pas la mise sous cloche du vignoble. Il en permettra la valorisation afin de transmettre aux générations futures un patrimoine architectural et viticole exceptionnel au sein duquel se trouve l’Homme, le vigneron, le symbole de notre petite patrie.
Si nous nous engageons tous avec autant de cœur, autant d’espoir dans cette démarche de Classement, c’est aussi pour rendre hommage à ces vignerons, à ces hommes qui cultivent la vigne pour en faire jaillir le sang de la Terre, cet incomparable vin de Bourgogne qui inonde de ses bienfaits les tables du monde entier. Il serait d’ailleurs hautement symbolique qu’après le classement de la Gastronomie française au Patrimoine mondial, l’UNESCO puisse classer également nos Climats de Bourgogne qui participent avec panache à la renommée de la Table française et rehaussent l’éclat de notre pays à travers le monde.
Knut Pedersen, écrivain norvégien, écrivit un jour que « L’Humanité n’avance qu’à travers des symboles ». Notre marche qui s’achève est le symbole de notre détermination commune, de l’amour que nous portons à nos chers Climats, de notre volonté indéfectible à voir aboutir cette démarche de classement auprès de l’UNESCO.
Jean-Philippe Lecat aimait à dire que « La passion conduit l’Histoire », je souhaite que notre Passion conduise à la réussite de notre belle entreprise.