medecin2.jpg

J'ai déposé auprès de la Ministre de la Santé une question écrite sur la perspective de déremboursement sous forme de set des dispositifs nécessaires à la réalisation des pansements.

"''M. Alain Suguenot attire l'attention de Mme la secrétaire d'État auprès du ministre du travail, de l'emploi et de la santé, chargée de la santé, sur la perspective du déremboursement sous forme de set des dispositifs nécessaires à la réalisation des pansements.

Ce déremboursement, qui devrait intervenir au 31 mars 2011 inquiète fortement les fédérations de personnels médicaux concernés. En effet, cela risque de produire des effets négatifs sur la sécurité des soins durant cette période, pour les raisons suivantes : les sets de pansements constituent un progrès significatif dans l'amélioration de la qualité des soins à domicile. Le dispositif médical à usage unique permet de prodiguer au patient des soins de meilleure qualité et peut prévenir en ambulatoire les risques d'infections liées aux soins. Les sets à usage unique sont d'ailleurs largement utilisés en milieu hospitalier et dans les services de l'hospitalisation à domicile (H.A.D.).

Le vieillissement de la population et l'explosion de la chronicité corrélée à la désertification médicale des zones rurales impliquent expressément que notre système de santé ne s'écarte pas d'une logique de « gain de temps infirmier utile ».

Est-il pertinent dans ce contexte de contraindre les infirmiers libéraux à revenir à des tâches chronophages de décontamination, lavage et stérilisation de matériel réutilisable ? Faut-il en outre prendre le risque d'un recours à la stérilisation par chaleur sèche dans les cabinets libéraux alors qu'elle est interdite dans les établissements de santé ?

C'est pour ces raisons qu'il lui demande que soit prorogé le remboursement des sets existants jusqu'à la mise sur le marché des nouveaux dispositifs qui seront inscrits à la liste des produits et prestations remboursables (LPPR), dans la logique des engagements pris précédemment par le ministère, l'Assurance maladie, les professionnels et les industriels concernés''."