Alain Suguenot, proche de vous au service de tous

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Réaction

Fil des billets

vendredi 28 septembre 2018

Depuis plusieurs années, ce sont tous les symboles de la République et les différents services publics de proximité qui sont particulièrement exposés et confrontés à de graves agressions.

Suite à l’assassinat en pleine rue de Pascal Filoé, directeur général adjoint de la ville de Rodez en charge notamment de la police municipale, je tenais à exprimer mon indignation face à cet acte lâche qui a coûté la vie à un fonctionnaire territorial.

J'exprime mon soutien et ma solidarité à sa famille, aux agents municipaux ainsi qu’à Christian Teyssèdre, maire de Rodez et son conseil municipal, dans cette cruelle épreuve.

Je rend hommage et salue à nouveau l’engagement exemplaire des agents territoriaux et des forces de sécurité - police, gendarmerie, armée, polices municipales - qui assurent la protection des populations dans des conditions difficiles. Ils doivent être pleinement soutenus dans leur tâche.

Depuis plusieurs années, ce sont tous les symboles de la République et les différents services publics de proximité qui sont particulièrement exposés et confrontés à de graves agressions.

vendredi 8 décembre 2017

Organisation du temps scolaire : les dernières nouvelles !


Le Directeur Départemental de la Cohésion Sociale s’est adressé à l’ensemble des Maires et des Présidents d’Intercommunalités, il y a quelques jours pour évoquer la réforme des rythmes.
Comme vous le savez, j’ai demandé aux Vice-Présidents en charge de ces questions au sein de l’Agglomération, de travailler pour un retour à la semaine de 4 jours dans les meilleures conditions, tant pour le bien-être de l’enfant, que pour la bonne organisation des services.
Il est toutefois très difficile de réaliser des projections réalistes lorsque les informations parviennent au compte-goutte et à la dernière minute aux acteurs de terrain.
Dans sa correspondance, le DDCS nous informe qu’en cas de retour à une organisation du temps scolaire sur 4 jours à la rentrée 2018, les Communes et les Intercommunalités ne pourront plus bénéficier des aménagements périscolaires règlementaires actuels avec :
- un seuil de déclaration obligatoire ramené à 2 heures minimales d’accueil par journée de fonctionnement ;
- un effectif minimum des personnes exerçant des fonctions d’animation au sein des accueils périscolaires fixé à 1 animateur pour 10 mineurs âgés de moins de 6 ans et 1 animateur pour 14 mineurs âgés de 6 ans et plus ;
- l’impossibilité d’inclure les intervenants ponctuels dans l’effectif d’encadrement.
Nos craintes en juillet dernier étaient donc fondées et cette attitude de l’Etat est tout à fait scandaleuse et irresponsable. Il aura fallu 6 mois au Gouvernement pour se prononcer sur cette question essentielle dans l’analyse du dossier.
Après avoir plongé les Communes et les Intercommunalités dans la confusion la plus totale, en ouvrant brutalement le choix du retour à 4 jours dès la rentrée 2017, alors qu’elles étaient pour la plupart engagées par contrats, soit avec leurs collaborateurs exerçant en périscolaires, soit avec leurs prestataires de transports scolaires, c’est un nouveau coup dur.
Les Maires, Les Présidents d’Intercommunalités sont une fois encore mis au pied du mur, tandis que les Conseils d’Ecole Extraordinaires se réunissent actuellement sur ce sujet ; la DASEN ayant avancé d’un mois et demi la date buttoir de leur convocation.
D’un côté le Ministre de l’Education Nationale promet dans les médias durant le Congrès des Maires, « un plan mercredi dans les prochaines semaines » et « une convergence des aides existantes et certains efforts supplémentaires », et de l’autre, en local, les Directeurs Départementaux de la Cohésion Sociale annoncent strictement le contraire.
Au-delà de la réorganisation des transports, qui impliquera très probablement de doubler certaines lignes, au-delà de l’accueil du mercredi matin qui devra à nouveau être mis en place, il va aussi falloir faire face à cette augmentation mécanique de la masse salariale dans le cadre des activités périscolaires, tout en renonçant à l’aide de 50€ par élève attribuée pour les NAP.
La découverte de ces nouveaux éléments nous conduit sans aucun doute à prévoir une augmentation significative de la charge nette supportée jusqu’ici par notre intercommunalité.
Les Gouvernements successifs, depuis 2013 dans ce dossier, ne nous auront décidément jamais épargnés.
Ceci doit nous amener à réfléchir à terme à la réorganisation des pôles d’activités extra et périscolaires afin de garantir aux enfants un accueil de qualité et afin de veiller au respect de l’équilibre financier de notre Agglomération.
Je rappelle en effet que Beaune Côte et Sud a subi une perte de 2.1 millions d’euros de DGF depuis 2012 et une perte de 1 764 000€ correspondant à l’évolution de Fonds de Péréquation Intercommunal et Communal depuis 2015.

mercredi 25 octobre 2017

157ème Vente des Vins des Hospices de Beaune

J’ai le plaisir de vous annoncer la venue de présidents d’exception pour la 157ème édition de la Vente des Vins des Hospices de Beaune !

Pour la première fois, deux pièces seront vendues aux enchères cette année : l’une pour l’Homme et la recherche médicale, l’autre pour l’Humanité toute entière.

Une pièce de charité sera vendue au profit de la Fondation Tara Expéditions qui organise des expéditions pour étudier l’impact des changements climatiques sur nos océans. Une solidarité bourguignonne naturelle à l’égard des régions durement touchées par le réchauffement planétaire. La Fondation Tara Expéditions sera représentée par la styliste Agnès b. et l'actrice Julie Depardieu.

Une autre pièce de charité sera mise aux enchères pour récolter des fonds au profit de la Fédération pour la recherche sur le cerveau parrainée par Marc-Olivier Fogiel et la Fondation pour la recherche sur Alzheimer soutenue par le grand Charles Aznavour.

J’ai toute confiance en ces différentes personnalités pour faire de cette Vente aux Enchères une édition exceptionnellement généreuse !

870x489_vente_des_vins_des_hospices.jpg

lundi 25 septembre 2017

A peine née la République en Marche connait son premier revers électoral !

L’autosuffisance et l’autosuggestion d’Emmanuel MACRON n’auront eu qu’un temps…
Son mouvement n’a remporté que 24 sièges lors des élections sénatoriales partielles de ce week-end. La droite quant à elle, renforce ses positions avec désormais 171 élus, contre 142 auparavant. Par pêché de vanité, on nous annonçait une percée de 60 sénateurs LREM !
Ces résultats sont révélateurs du mécontentement de la France des territoires. Les élus locaux n’ont pas digéré les différents projets de réformes qui visent à réduire toujours plus les marges de manœuvres des collectivités locales et leur libre arbitre. (Suppression de la taxe d’habitation, baisse des dotations, transfert de compétences …).
C’est un nouveau rapport de force qui s’instaure et qui aura des conséquences dans la fabrication des lois. Concrètement la droite se donne les moyens d’agir contre les propositions du Gouvernement.
Cette défaite va également mettre du plomb dans l’aile au projet de réformes institutionnelles du Président car un projet de révision de la Constitution nécessite de réunir 3/5es des parlementaires, soit 555 sur 925. Il manquera donc environ 179 voix au Président.
En Allemagne l’actualité électorale n’est pas davantage favorable à Emmanuel MACRON. Lui qui croyait changer la politique européenne par sa seule volonté. Angela Merkel est certes réélue, mais dans des conditions particulières, avec une entrée historique de l’extrême droite.
La Chancelière devra désormais former une coalition avec les libéraux, qui sont eux-mêmes loin de partager la vision européenne de notre Président.

vendredi 22 septembre 2017

Dépénalisation du stationnement et Forfait Post Stationnement ... UNE NOUVELLE USINE A GAZ !

Hier soir le conseil municipal s'est réuni à l'Hôtel de Ville.
L'occasion pour les élus de voter la nouvelle organisation du stationnement imposée au premier janvier 2018.
En effet, une fois encore l'Etat a créé une usine à gaz dans nos communes, pour se désengager de ses responsabilités.
Sa dernière invention ?
La dépénalisation du stationnement et le FPS !!!
Il ne s'agit pas d'un nouveau parti politique ... non, cet acronyme barbare signifie Forfait Post Stationnement.
Pour faire simple, désormais lorsque vous ne règlerez pas votre stationnement payant en ville à l'horodateur, vous ne payerez pas une amende (gérée par l'Etat), mais une redevance d'occupation du domaine public (gérée par la Mairie), c'est à dire une somme forfaitaire équivalente à l'utilisation du domaine public pour garer votre voiture.
Ce forfait sera de 35€.
Je vous laisse imaginer le temps que prendra l'ensemble de la gestion administrative de ces nouveaux systèmes entièrement transférés aux communes, autant de temps que les fonctionnaires hélas ne pourront plus consacrer à d'autres tâches ....
police_65.jpg

mardi 19 septembre 2017

La baisse des APL : ou comment l’Etat fait des économies sur le dos des locataires et petits épargnants ….

Depuis plusieurs semaines l’Etat nous annonce qu’il va diminuer de 5 euros les APL pour faire des économies.
Pour désamorcer la grogne naissante, le Président MACRON a alors demandé aux bailleurs de réduire à leur tour les loyers de 5€ !
Sans parler du secteur privé, que cette mesure plongera dans la difficulté, en demandant aux organismes HLM de compenser intégralement la baisse des APL des locataires par des baisses de loyers, le gouvernement s’attaque directement au logement social et à ses locataires.
Il fait courir un grand risque à un secteur qui loge aujourd’hui 11 millions de personnes, qui produit plus de 100 000 logements sociaux par an, génère 300 000 emplois et qui se doit de continuer à entretenir et rénover les logements de ses locataires.
En Bourgogne-Franche-Comté, la construction, la réhabilitation et l’entretien des logements sociaux génèrent 600 millions d’euros d’investissement par an.
Ces mesures vont inévitablement avoir un impact direct sur les investissements des organismes HLM, avec pour conséquences une baisse de l’activité économique dans le secteur du bâtiment et une baisse significative de la qualité de service apportée aux locataires.
C’est pourquoi pour tenter à nouveau de désamorcer la nouvelle polémique, l’Etat a décidé de geler le taux des livrets d’Epargne, dont une bonne partie des fonds, centralisés à la Caisse des dépôts, sert à financer le logement social, à son niveau actuel historiquement bas de (0,75%) et ce pendant deux ans.
Une telle initiative offrirait aux organismes HLM des conditions de financement favorables, mais les petits épargnants eux, ne s’y retrouveront pas, en raison de la trop grande inflation. Le taux de 0.75% ne permettant plus de compenser cette augmentation générale des prix, cela ne rapportera plus aux petits épargnants de placer leur argent sur un livret A ….

epargne-retraite-plafond-des-cotisations-deductibles-300x198.jpg

vendredi 15 septembre 2017

projet de loi sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme

Alors que la France fait face à une menace terroriste qui ne faiblit pas, que la Grande Bretagne vient d'être frappée pour la troisième fois en moins de trois mois, le projet de loi « sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme » proposé par le Gouvernement va aboutir à un affaiblissement de nos outils de protection par rapport aux dispositions prévues dans le cadre de l’état d’urgence. Au mieux les outils dont disposaient nos services de sécurité sont privés de leur efficacité par la multiplication des contraintes, au pire ils ont complètement disparu.
C’est dans ce cadre que les parlementaires de droite ont défendu en commission des lois, une série d’amendements visant à améliorer ce texte. Il en va de la sécurité nationale.
Nous avons perdu trop de temps. Les Français ne veulent plus de compassion, ils demandent des actes. Aujourd’hui, il est temps de changer de cap et de doter enfin la France des armes juridiques à la hauteur de la menace.

mardi 30 mai 2017

Le silence assourdissant de François Bayrou

Face aux affaires qui pèsent sur deux membres du gouvernement (Richard Ferrand et Marielle de Sarnez), le silence de François Bayrou, Ministre de la Justice, est assourdissant.

On comprend, néanmoins, que le Président de la République, le Premier Ministre et, donc, le Ministre de la Justice, soient dans l’embarras au moment même où la présentation du projet de loi de « moralisation de la vie publique », qui doit symboliquement être le premier grand texte du gouvernement d’Emmanuel Macron, est finalement repoussé à la mi-juin.

Ce projet de loi serait manifestement "complexe" et nécessiterait d'être plus amplement examiné, afin de ne pas être retoqué par le Conseil constitutionnel. Il semblerait d’ailleurs que des problèmes juridiques auraient déjà été pointés par l'instance. Cela n’est pas étonnant puisque j’avais déjà remarqué, par exemple, que la limitation à deux du nombre de fonctions exécutives exercées successivement dans une même collectivité, en plus de n'avoir rien à faire dans un tel texte, pourrait poser un problème constitutionnel. Il faudra, de toute façon, une loi organique pour ces modifications souhaitées par le Gouvernement.

Le moins que l’on puisse dire est que ce texte ne part pas sur les meilleurs bases.

jeudi 18 mai 2017

On voulait voir Florence, on a vu Vierzon

Le gouvernement d'Edouard Philippe a été dévoilé cet après-midi. Et le moins que l'on puisse dire est qu'on est loin des annonces et promesses du candidat Macron !

Je tiens d'abord à rappeler qu'il s'agit d'un gouvernement provisoire jusqu'à ce que les Français choisissent la majorité qu'ils souhaitent lors des élections législatives des 11 et 18 juin. Il s'agira d'un choix pour sortir du flou, du reniement, d’une politique fiscale confiscatoire qui plombe les ménages français.

Quant aux nominations de cet après-midi, je remarque déjà que l'on nous annonçait un gouvernement resserré de 15 ministres. Il y en a 23 avec le Premier ministre.

Je voudrais aussi signaler à quel point le rajeunissement, la parité et le renouvellement de la classe politique, axe majeur de la campagne de M. Macron, partent en fumée. François Bayrou, Murielle de Sarnez, Jean-Yves Le Drian, Bruno Le Maire, Edouard Philippe, Gérard Collomb . . . combien de mandats électifs cumulent ces personnalités, qui ne répondent ainsi pas à une autre des promesses d'Emmanuel Macron de ne nommer aucun ministre ayant déjà exercé.

Après l’Elysée des jeunes énarques, on se retrouve avec un gouvernement de compromis, d'élus ayant déjà exercé maintes et maintes fois, qui cherche à faire plaisir à tout le monde et qui, comme souvent dans de pareils cas, n'a pas de direction claire, avec des hommes aux ambitions contradictoires, notamment sur le nucléaire avec le Premier ministre, passé par un groupe phare en ce domaine, et Nicolas Hulot, qui s'est probablement dit que c'était là sa dernière chance d'intégrer un poste à responsabilités.

Quant à la "parité", tellement annoncée, s'il y a effectivement autant d'hommes que de femmes, on s'aperçoit que les postes clés sont majoritairement dévolus à des hommes.

Les "marcheurs" doivent, quant à eux, être sacrément déçus, ne récoltant que très peu de postes, Emmanuel Macron ayant privilégié des "noms" plutôt que des fidèles.

Enfin, je regrette, bien évidemment, les redditions de Bruno Le Maire et Gérald Darmanin qui nous avaient, pour ce dernier notamment, habitué à ce genre de manœuvres, ayant déjà quitté Nicolas Sarkozy pour finalement revenir, puis repartir . . ; Tout ceci n'est qu'opportunisme.

Le tout dirigé par un Premier ministre, passé par le Parti socialiste avant d'intégrer les Républicains et qui revient donc, en quelque sorte, au bercail.

Il faudra autre chose que ces tractations démagogiques si l'on souhaite sécuriser, redresser la France et lui redonner le rang qu'elle mérite !

mardi 16 mai 2017

Message à Edouard Philippe

J'ai souhaité, une fois n'est pas coutume, relayer le message de Luc Chatel, Président du Conseil National des Républicains, au nouveau Premier Ministre, Edouard Philippe, reflétant exactement ce que je pense de cette nomination et de la faute commise selon moi par M. Philippe.

Cher Edouard,

J’ai toujours apprécié tes convictions, ton engagement comme maire du Havre, ta loyauté à Alain JUPPÉ, ton recul sur la chose publique, ton humour…

Je respecte le choix que tu fais aujourd’hui mais je le conteste.

Edouard, tu commets à mon sens une double faute d’analyse :

Une faute politique.

Edouard, depuis 2002 comme directeur général de l’UMP puis comme député les Républicains pendant 5 ans ou encore aux côtés d’Alain JUPPÉ pendant la campagne de la primaire, tu as défendu à nos côtés, des idées, un projet, des valeurs, un idéal. Nous avons aujourd’hui 577 candidats en campagne qui sont les porte-drapeaux de ces mêmes valeurs. Comme nouveau chef de la majorité présidentielle tu vas forcément les renier puisque tu vas soutenir leurs concurrents aux législatives, les candidats « République En Marche ».

Une faute chronologique.

Je crains qu’il y ait dans ton analyse une erreur de calendrier. Nous ne sommes pas le 19 juin au matin, au lendemain d’une élection législative qui verrait la nécessité que les progressistes se rassemblent faute de majorité absolue à l’Assemblée Nationale. Les Français n’ont pas encore choisi la ligne politique qu’ils veulent voir appliquer pour les 5 prochaines années, c’est l’enjeu des élections législatives. La constitution du nouveau pôle que tu appelles de tes vœux avec le président de la République ne peut qu’être la conséquence du choix des Français aux législatives et non le préalable. Respecter le processus démocratique ce n’est pas enjamber les élections législatives.

Nous, les Républicains appelons à la clarté. Nous pensons qu’on ne sortira pas de la situation de crise dans laquelle se trouve notre pays sans mesures fortes, claires et audacieuses. C’est aux Français de décider les 11 et 18 juin de la ligne politique du gouvernement Macron.

Je souhaite la réussite de la France, donc la tienne. Mais je pense qu’elle réussira d’autant mieux avec une majorité claire à l’Assemblée Nationale, qui marque véritablement l’alternance, celle qui défendra les idées de la droite et du centre pour lesquelles nous nous sommes battus ensemble depuis des années, cher Edouard.

Luc CHATEL Président du Conseil National des Républicains

- page 1 de 4