Alain Suguenot, un député proche de vous au service de tous

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Communiqué

Fil des billets

lundi 24 avril 2017

Premier tour des élections présidentielles

La seule surprise de ce soir est qu'il n'y en a pas. Les sondeurs ne se sont pas trompés.
Ma première déception est pour François Fillon qui a subi les affres de sa campagne et qui, malgré cela, a fait preuve d'un courage exemplaire.
L'important est bien sûr de penser à demain.
François Fillon l'a lui-même exprimé, il soutiendra la candidature d'Emmanuel MACRON pour le deuxième tour.
Chacun votera en conscience et je voterai moi-même pour ce candidat, pour éviter le chaos qui serait celui de l'élection de Marine LE PEN, avec un projet qui aboutirait à la ruine et qui ne ferait qu'aggraver la situation dont la France a été victime durant ce quinquennat.
L'avenir après le 7 mai sera bien sûr celui du troisième tour. C'est à dire celui des élections législatives des 11 et 18 juin.
Les propositions des Républicains sont les seules à même de redresser notre pays. Il faudra donc qu'Emmanuel Macron, s'il est élu Président de la République, éclaircisse son projet et dise clairement quel sera son programme.
Le flou artistique dans lequel il a entretenu son discours pour le premier tour ne peut satisfaire les Français ni une majorité à l'Assemblée Nationale.
Il ne serait pas concevable que le projet qui a échoué durant ces cinq années devienne le socle d'une majorité dont Emmanuel MACRON est un peu l'otage ce soir.
Il est bien évident que nous devrons porter les valeurs qui sont les nôtres et seules à même de permettre une véritable alternance.
A défaut ce nouveau quinquennat sera voué à l'échec comme le précédent.

C'est notre responsabilité. Il en va de l'avenir de la France.

vendredi 21 avril 2017

Lutte contre le terrorisme : une priorité absolue

Une nouvelle fois, la France est frappée au coeur avec l'assassinat d'un policier, hier soir, sur les Champs-Elysées.

J'ai d'abord une profonde pensée pour le policier tué ainsi que sa famille, et je veux témoigner de ma solidarité envers les forces de l'ordre qui nous protègent quotidiennement au péril de leur vie.

Le moment et l'endroit de cette attaque ne sont, bien évidemment, pas anodins à 3 jours du premier tour de l'élection présidentielle. Mais quelles que soient leurs intentions et leurs aspirations, les Français doivent rester unis face à ces attaques terroristes qui se répètent sans cesse contre notre pays.

Face à ces drames et aux pertes de vie, les candidats à l'élection doivent, quant à eux, montrer leur solidarité aux forces de l'ordre et aux Français, inquiets pour leur propre sécurité.

Aussi, la lutte contre le terrorisme devra être la priorité absolue du prochain président de la République. Nous sommes, en effet, face à une organisation et un Etat qui sont en guerre contre la France, et contre qui il convient d'adopter une véritable stratégie de riposte, autant au niveau international qu'à l'intérieur du pays où des terroristes sont prêts à passer à l'acte.

Il est temps de prendre la mesure de ces attaques répétées, en arrêtant la naïveté et en faisant preuve, enfin, de lucidité et de fermeté en adoptant des dispositions qui nuisent à nos ennemis et rassurent nos compatriotes.

Les Français ne peuvent plus continuer à vivre dans un tel degré de terreur.

mardi 18 avril 2017

La dynamique est à nouveau favorable

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, je tiens à saluer le courage et la détermination de notre candidat, François Fillon, qui a tenu le cap malgré de forts vents contraires.

Aujourd’hui, il est parvenu à replacer le débat sur le fond et à démontrer à quel point une alternance forte est nécessaire. Les Français s’en rendent bien compte et l’on sent une dynamique qui se reconstitue autour de sa candidature.

Son programme fort et volontaire est le seul capable de redonner à la France le rang qu’elle mérite et de revitaliser son économie, sa culture et sa place de leader européen.

La France « Open Space » d’Emmanuel Macron ou le repli sur soi prôné par les candidats extrêmistes ne seront d’aucun recours pour notre pays abimé par cinq années de mesures au mieux démagogiques, qui n’ont servi à rien d’autre que de casser tout esprit d’initiative dans notre pays et auxquelles Monsieur Macron a d’ailleurs largement participé.

Aussi, dimanche, ne nous trompons pas et ne nous laissons pas dicter notre conduite par tous ceux qui ont souhaité retarder au maximum le débat de fond.

Il est temps de se mobiliser pour le redressement de la France, pour le peuple français, "capable de toutes les grandeurs dès lors qu’on lui fixe des buts clairs et justes " comme l'a remarquablement dit François Fillon, en déplacement, hier, à Nice.

Il est le seul candidat qui ait cette vision d’avenir pour notre pays.

jeudi 6 avril 2017

Hommage à Maurice Chantin

Chers amis,

Les anciens combattants de Beaune ont appris avec une infinie tristesse le décès de l’un des leurs. Maurice CHANTIN vient de nous quitter et nous le regrettons déjà. Maurice était un homme bon, un homme avenant, estimé de tous, qui n’a eu de cesse de servir. Servir sa ville, sa région, servir sa patrie. Né en 1927, il part comme engagé volontaire, tout juste âgé de 20 ans dans les troupes françaises d’occupation en Allemagne. Il est ensuite chef de poste Radio de 1951 à 1954 en Indochine où il obtient une première citation à l’ordre de la Brigade en 1953. D’avril 1955 à octobre 1957, il sert en Algérie où il perdit sa jambe gauche. Il obtint pour sa bravoure la plus grande citation, celle de l’Ordre de l’Armée. Mais Maurice, bien que lourdement mutilé, ne stoppa pas son engagement militaire et continua de servir son pays à Djibouti, au Tchad et en Mauritanie, jusqu’à l’âge de la retraite en 1978. Ses 31 ans de carrière, lui ont valu de nombreuses reconnaissances. Officier de la Légion d’Honneur, Médaillé Militaire, Officier de l’Ordre National du Mérite, titulaire de la Croix de Guerre des T.O.E, de la Croix de la Valeur Militaire, de la Croix du Combattant Volontaire d’Afrique du Nord et d’Indochine, mais aussi Chevalier de l’Ordre du Mérite National Mauritanien.

Il honorait de sa présence toutes les cérémonies et a très rapidement souhaité s’engager dans la vie associative et publique locale pour défendre ses valeurs.

Conseiller municipal de 1983 à 1989 de Santenay, il fut Président de la section UNC, du Souvenir Français et trésorier du club de 3ème âge de son village.

Il fut ensuite, Président Régional et Administrateur National de la Fédération des Amputés de Guerre, Président Fondateur de la Section de Côte d’Or de la Fédération André Maginot, Membre du Comité Départemental des Anciens Combattants et Victimes de Guerres, Membre de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires, membre du Comité d’Entente des Associations Patriotiques de Beaune et enfin, en 2011 il reçut à juste titre la médaille des anciens des missions extérieures.

Cet ardent défenseur du devoir de mémoire, n’a eu de cesse de communiquer avec les jeunes générations, de transmettre ce témoignage de toute une vie, consacrée à la défense de son pays. On se souvient par exemple des parrainages d’établissements scolaires qui lui tenaient tant à cœur, dans tout le Département.

Maurice nous manque déjà pour tout cela.

Prolonger son action est certainement la plus belle des façons de rendre hommage à sa mémoire. « Ils ont eu simplement la force de combattre pour vivre et nous nous combattons pour assurer leur vie en nous, contre la mort ». Paul ELUARD

J’exprime à toute sa famille et à ses proches, mes condoléances les plus attristées et ma plus profonde sympathie.

Alain SUGUENOT

Député-Maire de BEAUNE

AAAAAAAAAAAAAAMAURICECHANTIN

mercredi 29 mars 2017

MACRON : Un 2e quinquennat Hollande

Les masques sont tombés.

En annonçant, mercredi matin, qu’il allait voter pour Emmanuel Macron dès le premier de l'élection présidentielle, Manuel Valls a confirmé ce que l’on imaginait depuis l’entré en campagne de M. Macron : le candidat d' »En Marche ! » n’est qu’un héritier du quinquennat sortant.

En Marche ! Ne fait que recycler le socialisme et tend à permettre à tous ceux qui ont gouverné avec François Hollande de se maintenir au pouvoir alors que les Français ne veulent plus de cette politique qui a échoué au-delà de toutes les prévisions les plus alarmistes, étouffant notre pays dans une surfiscalisation mortifère et néfaste pour les entreprises et les particuliers.

Les Français ne seront, je l’espère, pas dupes. Ce qu’Emmanuel Macron nous propose n’est ni plus ni moins qu’un 2e quinquennat Hollande.

Quant à Benoit Hamon, trahi par tous les socialistes, Manuel Valls le premier, qui avait assuré qu’il soutiendrait le candidat vainqueur de la primaire, il peut être amer face à cette parole non tenue qui va, de surcroit, pousser à un vote Front national des électeurs lassés du manquement à la parole donnée.

Quel contrat de gouvernement Emmanuel Macron peut-il décemment proposer alors qu’il va devoir composer avec des socialistes qui ne voient dans sa candidature qu’un moyen de se maintenir au pouvoir pour mener la même politique que depuis cinq ans ? Comment faire confiance à un homme qui promet de « faire de la politique autrement » et qui ne propose qu’un projet politique fourre-tout, qui en dupe certains, mais qui ne permettrait certainement pas de redresser le pays contrairement au programme volontaire et courageux de François Fillon.

vendredi 24 mars 2017

Déficits publics, des résultats catastrophiques !

L'Insee a publié ce vendredi les chiffres du déficit public pour 2016. Et c’est peu de dire qu’ils sont mauvais !

Le gouvernement a clairement raté son objectif de 3,3% du PIB. Cet objectif pourtant très modeste de réduction n’a même pas pu être tenu alors que se multiplient les conditions favorables comme la baisse des taux d’intérêt et un contexte international propice.

L’érosion des recettes fiscales est, quant à elle, un vrai sujet de préoccupation et exprime l’échec d’une croissance réduite à 1,1% en 2016 contre 1,9% en Allemagne, un écart jamais constaté.

On constate, par ailleurs, que sans la réduction de l’investissement public local, le déficit se serait encore aggravé.

Notons, enfin, que la progression de la dette par rapport au PIB a été minorée par près de 40 milliards d’euros de primes d’émission qui ont « permis » d’empêcher le franchissement du seuil de 100% d’endettement.

Dans ces conditions, la médiocrité du résultat interdit toute marge de manœuvre au futur Président de la République en condamnant tout espoir d’atteinte des 3% de déficit public en 2017 attendu par nos partenaires européens. Le gouvernement et sa majorité paient leur incapacité à mener les réformes de structure portant essentiels pour notre pays. L’accumulation des dépenses reportées à la fin de l’année, et plus encore en 2018, ne peut qu’aggraver la situation.

Au vu de ce résultat, seul un constat lucide de la gravité de la situation économique et financière de notre pays s’impose. Il appelle à des réformes courageuses permettant de rétablir la compétitivité de nos entreprises, de réduire le poids de la dépense publique ainsi que les contraintes de toute nature qui étouffent l’économie française.

lundi 13 mars 2017

Le programme fiscal de François Fillon est le seul applicable dans notre pays

François Fillon tient bon sur son programme présidentiel dévoilé lors de la campagne à la primaire de la droite et du centre.

Il a reprécisé les points fiscaux et économiques qui permettront de redynamiser et d'oxygéner l'économie française. Le pays a besoin de profondes modifications, étouffant complètement sous la surtaxation des ménages et des entreprises menée depuis cinq ans qui paralysent la consommation, le dynamisme des entreprises, provoquant mécaniquement d'importantes hausses du chômage.



François FIllon propose ainsi de renforcer la baisse des charges salariales et promet un "forfait" de 350 euros par salarié, soit 700 euros pour un couple. Cela représente un véritable effort en faveur des ménages et de leurs pouvoirs d'achat.

En revanche, il ne touchera pas au taux intermédiaire de TVA (10% sur la restauration, le bâtiment), estimant à juste titre qu'une hausse pourrait avoir des incidences négatives sur les services, comme la restauration.

Il concentrera les baisses d'impôts dès 2018. Après cinq années de matraquage fiscal, François Fillon est le seul à s'engager pour plusieurs mesures fondamentales comme le relèvement du plafond du quotient familial, la suppression de l'ISF, avec effet sur les revenus perçus dès 2018.

Afin de remplacer l'ISF-PME, qui disparaîtra logiquement avec la suppression de l'ISF, François Fillon rappelle qu'il instaurera la possibilité de déduire de ses impôts 30% des investissements réalisés dans les PME.

Enfin, François Fillon annonce des baisses de charges et de taxes pour les entreprises dès 2018. Ce sont en effet pas moins de 25 milliards d'euros qui y seront alloués en plus de la transformation du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse pérenne du coût du travail.

Ces mesures à la fois courageuses et indispensables permettraient de redonner une base fiscale et économique solide à notre pays qui en a bien besoin.

lundi 6 mars 2017

Sortir de la cise, vite !

A 50 jours du premier tour de l'élection présidentielle, notre famille politique doit rapidement réagir à la veille d'une échéance aussi importante.

Il faut vite tourner la page de ce funeste épisode et enfin confronter les programmes.

Nicolas Sarkozy a raison de prendre les choses en main. Il doit nous proposer la meilleure solution possible pour permettre à notre camp d'entrevoir encore l'espoir d'une alternance indispensable à notre pays.

Car ne nous y trompons pas, le vrai combat est là : face à des candidats de gauche ou d'extrême droite qui ne feront qu'empirer une situation catastrophique à la suite du quinquennat de François Hollande, nous avons besoin d'une nouvelle politique que seule peut porter notre famille

lundi 20 février 2017

Hommage à Xavier Beulin

C’est avec tristesse que nous avons appris la disparition tragique de Xavier Beulin, Président de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) depuis 2010 et président du Groupe Avril (groupe agro-industiel international).
Il nous a quitté prématurément, hier, emporté par une crise cardiaque à l’âge de 58 ans.
A quelques jours de l’ouverture du salon de l’agriculture, le monde agricole, ainsi que le monde politique sont endeuillés par la mort brutale de cet incontournable de l’agriculture. C’est une immense perte pour la FNSEA et pour le monde agricole français. Fervent défenseur de l’agriculture française, cet homme était respecté du monde politique de par ses convictions, son engagement et ses capacités de dialogue.
Profondément et sincèrement touché par les situations dramatiques de nombreux agriculteurs, il était à l'écoute de tous. Il ne ménageait jamais sa peine. Convaincu de la richesse de l'agriculture française, il appelait à pratiquer l'agriculture autrement tout en préservant sa grande diversité.
J’adresse à sa femme Laurence, à ses enfants ainsi qu’à ses collaborateurs mon entier soutien en ces douloureux instants.

mercredi 11 janvier 2017

Claude SEGAUT figure du notariat et de la Ville de BEAUNE s'est éteint hier matin.

Chers amis,

C'est une figure du notariat et de la Ville de BEAUNE qui s'est éteinte hier matin.

Claude SEGAUT vient de nous quitter et laisse derrière lui un vide immense pour sa famille, ses nombreux amis, ses confrères et ses collaborateurs.

En succédant à Maître LUSSIGNY en 1989 à tout juste 35 ans, ce jeune professionnel du droit avait fait le choix de renouer avec ses origines bourguignonnes. En effet, son grand-oncle, Maître PARIS était lui-même notaire à BEAUNE, mais il expliquait à l’époque qu’il était également particulièrement attiré par le dynamisme de la ville et son attractivité, dans lesquels il souhaitait prendre toute sa part en conseillant sa clientèle. Il a débuté sa carrière à MONTPELLIER où il avait effectué ses études, au gré des affectations de son père fonctionnaire.

Il était un notaire reconnu, tant de ses confrères que de ses clients, pour ses grandes qualités humaines, d'écoute et de conciliation. Il était d’ailleurs membre du Conseil d’Administration de la caisse de retraite des notaires, ainsi que du Rotary Club depuis 1989.

En décembre 1997, il fut élu au Conseil des Prud’hommes de Beaune et en fût même le Président jusqu’en 2005. Ces fonctions bénévoles, il les avait acceptées pour rendre service.

Il exerçait son métier avec humilité, préférant la diplomatie au conflit, ce qui ne l’empêchait pas de défendre avec fermeté ses points de vue juridiques.

Claude SEGAUT était un homme bon, un éternel optimiste, proche des autres, qui aimait la vie et portait une attention permanente à sa famille. C’était un mari aimant et un père fier de ses trois enfants.

J’adresse à son épouse Anne, à Emmanuel, Virginie et Nicolas ses enfants mes condoléances attristées, les assurant de mon entier soutien en ces douloureux instants.

Alain SUGUENOT Député-Maire de BEAUNE

- page 1 de 8