Alain Suguenot, un député proche de vous au service de tous

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Communiqué

Fil des billets

vendredi 24 mars 2017

Déficits publics, des résultats catastrophiques !

L'Insee a publié ce vendredi les chiffres du déficit public pour 2016. Et c’est peu de dire qu’ils sont mauvais !

Le gouvernement a clairement raté son objectif de 3,3% du PIB. Cet objectif pourtant très modeste de réduction n’a même pas pu être tenu alors que se multiplient les conditions favorables comme la baisse des taux d’intérêt et un contexte international propice.

L’érosion des recettes fiscales est, quant à elle, un vrai sujet de préoccupation et exprime l’échec d’une croissance réduite à 1,1% en 2016 contre 1,9% en Allemagne, un écart jamais constaté.

On constate, par ailleurs, que sans la réduction de l’investissement public local, le déficit se serait encore aggravé.

Notons, enfin, que la progression de la dette par rapport au PIB a été minorée par près de 40 milliards d’euros de primes d’émission qui ont « permis » d’empêcher le franchissement du seuil de 100% d’endettement.

Dans ces conditions, la médiocrité du résultat interdit toute marge de manœuvre au futur Président de la République en condamnant tout espoir d’atteinte des 3% de déficit public en 2017 attendu par nos partenaires européens. Le gouvernement et sa majorité paient leur incapacité à mener les réformes de structure portant essentiels pour notre pays. L’accumulation des dépenses reportées à la fin de l’année, et plus encore en 2018, ne peut qu’aggraver la situation.

Au vu de ce résultat, seul un constat lucide de la gravité de la situation économique et financière de notre pays s’impose. Il appelle à des réformes courageuses permettant de rétablir la compétitivité de nos entreprises, de réduire le poids de la dépense publique ainsi que les contraintes de toute nature qui étouffent l’économie française.

lundi 13 mars 2017

Le programme fiscal de François Fillon est le seul applicable dans notre pays

François Fillon tient bon sur son programme présidentiel dévoilé lors de la campagne à la primaire de la droite et du centre.

Il a reprécisé les points fiscaux et économiques qui permettront de redynamiser et d'oxygéner l'économie française. Le pays a besoin de profondes modifications, étouffant complètement sous la surtaxation des ménages et des entreprises menée depuis cinq ans qui paralysent la consommation, le dynamisme des entreprises, provoquant mécaniquement d'importantes hausses du chômage.



François FIllon propose ainsi de renforcer la baisse des charges salariales et promet un "forfait" de 350 euros par salarié, soit 700 euros pour un couple. Cela représente un véritable effort en faveur des ménages et de leurs pouvoirs d'achat.

En revanche, il ne touchera pas au taux intermédiaire de TVA (10% sur la restauration, le bâtiment), estimant à juste titre qu'une hausse pourrait avoir des incidences négatives sur les services, comme la restauration.

Il concentrera les baisses d'impôts dès 2018. Après cinq années de matraquage fiscal, François Fillon est le seul à s'engager pour plusieurs mesures fondamentales comme le relèvement du plafond du quotient familial, la suppression de l'ISF, avec effet sur les revenus perçus dès 2018.

Afin de remplacer l'ISF-PME, qui disparaîtra logiquement avec la suppression de l'ISF, François Fillon rappelle qu'il instaurera la possibilité de déduire de ses impôts 30% des investissements réalisés dans les PME.

Enfin, François Fillon annonce des baisses de charges et de taxes pour les entreprises dès 2018. Ce sont en effet pas moins de 25 milliards d'euros qui y seront alloués en plus de la transformation du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse pérenne du coût du travail.

Ces mesures à la fois courageuses et indispensables permettraient de redonner une base fiscale et économique solide à notre pays qui en a bien besoin.

lundi 6 mars 2017

Sortir de la cise, vite !

A 50 jours du premier tour de l'élection présidentielle, notre famille politique doit rapidement réagir à la veille d'une échéance aussi importante.

Il faut vite tourner la page de ce funeste épisode et enfin confronter les programmes.

Nicolas Sarkozy a raison de prendre les choses en main. Il doit nous proposer la meilleure solution possible pour permettre à notre camp d'entrevoir encore l'espoir d'une alternance indispensable à notre pays.

Car ne nous y trompons pas, le vrai combat est là : face à des candidats de gauche ou d'extrême droite qui ne feront qu'empirer une situation catastrophique à la suite du quinquennat de François Hollande, nous avons besoin d'une nouvelle politique que seule peut porter notre famille

lundi 20 février 2017

Hommage à Xavier Beulin

C’est avec tristesse que nous avons appris la disparition tragique de Xavier Beulin, Président de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) depuis 2010 et président du Groupe Avril (groupe agro-industiel international).
Il nous a quitté prématurément, hier, emporté par une crise cardiaque à l’âge de 58 ans.
A quelques jours de l’ouverture du salon de l’agriculture, le monde agricole, ainsi que le monde politique sont endeuillés par la mort brutale de cet incontournable de l’agriculture. C’est une immense perte pour la FNSEA et pour le monde agricole français. Fervent défenseur de l’agriculture française, cet homme était respecté du monde politique de par ses convictions, son engagement et ses capacités de dialogue.
Profondément et sincèrement touché par les situations dramatiques de nombreux agriculteurs, il était à l'écoute de tous. Il ne ménageait jamais sa peine. Convaincu de la richesse de l'agriculture française, il appelait à pratiquer l'agriculture autrement tout en préservant sa grande diversité.
J’adresse à sa femme Laurence, à ses enfants ainsi qu’à ses collaborateurs mon entier soutien en ces douloureux instants.

mercredi 11 janvier 2017

Claude SEGAUT figure du notariat et de la Ville de BEAUNE s'est éteint hier matin.

Chers amis,

C'est une figure du notariat et de la Ville de BEAUNE qui s'est éteinte hier matin.

Claude SEGAUT vient de nous quitter et laisse derrière lui un vide immense pour sa famille, ses nombreux amis, ses confrères et ses collaborateurs.

En succédant à Maître LUSSIGNY en 1989 à tout juste 35 ans, ce jeune professionnel du droit avait fait le choix de renouer avec ses origines bourguignonnes. En effet, son grand-oncle, Maître PARIS était lui-même notaire à BEAUNE, mais il expliquait à l’époque qu’il était également particulièrement attiré par le dynamisme de la ville et son attractivité, dans lesquels il souhaitait prendre toute sa part en conseillant sa clientèle. Il a débuté sa carrière à MONTPELLIER où il avait effectué ses études, au gré des affectations de son père fonctionnaire.

Il était un notaire reconnu, tant de ses confrères que de ses clients, pour ses grandes qualités humaines, d'écoute et de conciliation. Il était d’ailleurs membre du Conseil d’Administration de la caisse de retraite des notaires, ainsi que du Rotary Club depuis 1989.

En décembre 1997, il fut élu au Conseil des Prud’hommes de Beaune et en fût même le Président jusqu’en 2005. Ces fonctions bénévoles, il les avait acceptées pour rendre service.

Il exerçait son métier avec humilité, préférant la diplomatie au conflit, ce qui ne l’empêchait pas de défendre avec fermeté ses points de vue juridiques.

Claude SEGAUT était un homme bon, un éternel optimiste, proche des autres, qui aimait la vie et portait une attention permanente à sa famille. C’était un mari aimant et un père fier de ses trois enfants.

J’adresse à son épouse Anne, à Emmanuel, Virginie et Nicolas ses enfants mes condoléances attristées, les assurant de mon entier soutien en ces douloureux instants.

Alain SUGUENOT Député-Maire de BEAUNE

vendredi 30 décembre 2016

2017 l’année de tous les possibles !

Il est toujours difficile de trouver les mots justes pour formuler des vœux. Il y a bien sûr les vœux de bonheur privés que nous échangeons avec nos proches.

Et puis il y a les souhaits que nous pouvons faire pour que notre société soit plus solidaire, plus apaisée. Il est vrai qu’après les menaces terroristes, les affres du chômage, les incertitudes quotidiennes, nous avons quelquefois du mal à appréhender l’avenir.

Bernanos disait « les pessimistes sont des imbéciles, les optimistes des imbéciles heureux » Il n’est cependant pas temps de se résigner bien au contraire.

J’aimerais donc formuler des vœux d’engagement, de respect des valeurs familiales, de l’entraide, bien évidemment de paix, et pourquoi pas de bonheur. Le bonheur de la plénitude qui égalise les joies et les peines, grâce à la pratique d’un art de vivre dont nous avons tant besoin aujourd’hui. Les vœux sont aussi l’occasion de penser à ceux qui souffrent, ceux que la vie n’épargne pas, et de remercier une nouvelle fois les associations, tous ces acteurs de la vie collective y compris nos entreprises et nos agriculteurs qui animent nos territoires, source inépuisable de richesses humaines.

Les vœux c’est aussi, des vœux pour la France. Nous avons une chance historique de tourner la page de nombreuses années de fatalisme, de résignation et de renoncement. Appuyons-nous sur les magnifiques atouts de notre pays, sur l’énergie des Français. Nous devons redonner à notre jeunesse le goût du dépassement, pour retrouver une France plus juste, plus dynamique qui offre à chacun l’opportunité de s’épanouir dans son emploi ou sa vie de tous les jours.

Je crois dans la France plus que jamais, je crois dans la puissance de notre Nation. Que 2017, cette année particulière, soit pour notre pays le signal d’une nouvelle espérance qui allie la douceur, sans quoi la vie est peu de chose, à l’honneur sans quoi la vie n’est rien.Que 2017 soit l’année où le petit Je …devienne un grand Nous ! A toutes et à tous je vous souhaite, de tout cœur, des vœux de bonne et heureuse année à partager avec tous ceux qui vous sont chers.

Alain SUGUENOT Député de la Côte d’Or Maire de Beaune

mardi 20 décembre 2016

Message de soutien au peuple allemand suite à l'attentat de Berlin

C’est l’émotion qui nous saisit encore et encore, face aux terribles images qui défilent sur nos écrans de télévision, depuis hier soir.
La barbarie a de nouveau frappé, dans ce qu’elle a de plus lâche et de plus insupportable, en tuant et blessant d’innombrables innocents venus tout simplement célébrer Noël à Berlin.
J’adresse mes condoléances attristées au peuple allemand. Mes premières pensées vont naturellement aux familles et aux proches des victimes. Beaune étant jumelée depuis 50 ans avec Bensheim dans la vallée du Rhin, nous ne pouvons qu’éprouver un sentiment d’injustice et de colère immense.
J'ai également une pensée pour Michael Müller, Maire de Berlin, que j'assure de mon soutien et de mon amitié.
Nous devons condamner avec force ce terrible attentat qui rouvre les plaies encore vives de ceux perpétrés en France. L’Europe toute entière est visée à travers ces actes atroces et la réponse de nos gouvernements doit être ferme et adaptée.
Elle ne peut faire l’économie d’une réflexion sérieuse sur les causes et les remèdes.

lundi 28 novembre 2016

Les Républicains sont plus que jamais unis derrière leur candidat.

La victoire de François FILLON confirme l'excellent résultat du 1er tour. Le soutien de Nicolas SARKOZY a permis de confirmer cette belle avance.
Je tiens à remercier et féliciter non seulement celles et ceux qui se sont à nouveau déplacés en nombre pour faire de cette Primaire de la droite et du centre un formidable succès, mais également tous les militants, sympathisants qui se sont mobilisés pour tenir les bureaux de vote sur tous les territoires.
Ce formidable succès démocratique n'aurait pas pu être réalisé sans eux.
Il convient maintenant de préparer l'élection présidentielle elle-même.
Les Républicains sont plus que jamais unis derrière leur candidat.
Les Primaires ont permis d'éviter le psychodrame que l'on constate aujourd'hui à gauche.
Nos félicitations vont bien sûr déjà à François qui a fait une très belle campagne. J'ai bien évidemment une pensée pour Alain JUPPE qui n'a pas démérité et qui assume avec dignité le résultat.
Nous aurons besoin de son expertise pour les 5 mois qui viennent afin de confirmer la belle victoire de ce soir.
Dès demain, AU TRAVAIL pour rassembler toutes nos forces et être au rendez-vous de l'alternance !

lundi 21 novembre 2016

Premier Tour de la Primaire de la Droite et du Centre

Avec plus de 4 millions d'électeurs, la primaire organisée pour déterminer le candidat qui représentera la droite à l'élection présidentielle de 2017 a montré une vigueur magnifique qui illustre combien les Français souhaitent ardemment sortir de cinq années calamiteuses de gouvernance socialiste.
Car ne nous y trompons pas, c'est bien cela qui est important : gagner en mai prochain l'élection présidentielle.
A titre personnel, je soutiendrai François Fillon, pour ce second tour car il a été le Premier Ministre de Nicolas Sarkozy durant l’ensemble de son quinquennat, mais aussi parce que son projet m’apparaît être le plus proche de celui auquel j’adhérais.
Ma loyauté et ma fidélité à notre mouvement me feront en outre soutenir sans réserve celui qui sera élu dimanche prochain pour nous représenter.
Je voudrais enfin rendre hommage à Nicolas Sarkozy qui a, hier soir, dans une attitude très digne et responsable, reconnu sa défaite et la victoire au premier tour de François Fillon, après une campagne où il a subi des attaques très dures et où il a défendu ses convictions et valeurs jusqu'au bout".

mercredi 9 novembre 2016

Le Président Hollande doit être destitué

Avec Pierre Lellouche et Eric Ciotti, qui était avec moi hier soir à Beaune, et l’ensemble des députés du Groupe Les Républicains, nous déposons une Proposition de résolution visant à réunir le Parlement en Haute Cour en vue d’engager la procédure de destitution à l’encontre du Président de la République, prévue l’article 68 de la Constitution.

Avec consternation, nous avions en effet pris connaissance des propos de François Hollande dans le livre « Un Président ne devrait pas dire ça ».

Se livrer, en cours de mandat à de telles confidences est une faute gravissime d’un Chef de l’Etat en exercice. On croirait lire les mémoires d’un ancien Président. Dans ces pages, en effet, le Président de la République, Chef des Armées, a, par exemple, communiqué de façon très détaillée à des journalistes ses conversations avec les Présidents Obama et Poutine. Il a confié par ailleurs le ciblage des bombardements français sur des objectifs en Syrie et des documents ultraconfidentiels publiés par la suite dans leur journal ; il leur a détaillé les conditions de libération des otages par nos forces spéciales ; il leur a précisé que la France paie des preneurs d’otage, directement ou indirectement. Il leur a confié qu’il a lui-même ordonné l’assassinat de terroristes identifiés, les fameuses opérations « Homo » : « J’en ai décidé quatre au moins » a-t-il déclaré. La liste des personnes ciblées est par ailleurs communiquée aux mêmes journalistes.

François Hollande met notre pays en péril, dévoilant des secrets-défense que nos adversaires peuvent exploiter contre nous.

« La France est en guerre », avait pourtant dit lui-même le Président de la République 3 jours après les immondes attentats de novembre dernier. Nous avons voté l’état d’urgence, que nous avons prorogé à plusieurs reprises. Notre pays pleure 250 morts et 800 blessés. Près de 20.000 soldats français sont engagés sur divers fronts qui, tous, engagent les conséquences graves pour la sécurité de la France. Dans de telles conditions, est-il acceptable que le Président de la République, dans l’exercice de ses fonctions, viole ainsi ouvertement l’obligation de secrets qui pèsent sur les décisions les plus sensibles qu’il doit prendre en tant que Chef des Armées ?

Pour mesurer la gravité des « confessions » présidentielles ainsi révélées, il est utile de garder à l’esprit l’extrême rigueur qu’impose notre droit, en cas de divulgations de secrets concernant la défense nationale pour toute autre personne… qui ne serait pas Président de la République. Si, par exemple, un officier de l’une de nos unités de l’Armée française, un responsable de nos services de renseignement, voire l’un de nos diplomates n’avait révélé que le quart de la moitié des secrets de défense nationale que le Président de la République a lui-même divulgués, il serait menacé de poursuites.

Il n’y a aucune raison, face à de tels degrés d’incompétence répétés, mais surtout de mise en péril de nos forces armées et de notre pays tout entier, de ne pas en faire autant avec le Président actuel.

- page 1 de 7